toggle
ICON
Haut de page
Taille du texte
Ajouter au favoris
Imprimer
Envoyer à un ami
Partager

Hôpital des Quinze-Vingts

Paris

L'hospice des Quinze-Vingts est fondé, vers 1260, par Saint-Louis afin d'y accueillir les aveugles parisiens déshérités. Le nombre important de croisés qui perdirent leurs yeux durant les croisades joua certainement un rôle dans la création de l'établissement. Le nom de "Quinze-Vingts" (15 fois 20) provient de l'ancien système de numération par vingtaine, l'hôpital comptant 300 lits.

En 1779, l'établissement est transféré de son ancien emplacement rue Saint-Honoré sur son site actuel, rue de Charenton, dans l'ancienne caserne des mousquetaires du Roi située dans le XIIème arrondissement de Paris. La communauté des Quinze-Vingts placée, depuis 1492, sous la juridiction du grand aumônier passe, lors de la Révolution, sous le contrôle de l'Etat.
Un dispensaire et une clinique sont inaugurés à la fin du XIXème siècle et l'hôpital connaît un essor rapide. Les bâtiments, devenus inadaptés, sont détruits entre 1957 et 1968. De l’ancienne caserne, seuls demeurent aujourd'hui le porche d'entrée et la Chapelle.

Les nouveaux bâtiments abritent le Centre hospitalier national d’ophtalmologie (CHNO), la résidence Saint-Louis, une structure de prise en charge des aveugles et des malvoyants, et l’Institut de la vision. Créé en 2008 par l’Inserm et l’université Pierre et Marie Curie, cet important centre de recherche européen sur les maladies oculaires est une structure multidisciplinaire au sein de laquelle les chercheurs partagent des plateformes de pointe et mutualisent leurs moyens avec les industriels implantés sur le site pour découvrir et tester les traitements et les innovations technologiques de demain.

Quelques contributions de l’Inserm sur le site des Quinze-Vingts

Des traitements pour les maladies oculaires incurables

Depuis les années 2000, la carrière hospitalière et les activités de recherche de José-Alain Sahel sont étroitement liées aux Quinze-Vingts et il entre au CHNO en 2001, en tant que chef du service d’ophtalmologie. Co-fondateur de l’Institut européen de la vision, il occupe, depuis 2005, la fonction de coordinateur du centre d'investigation clinique Inserm/AP-HP et, depuis 2006, de directeur du centre de national de référence des maladies rares "Dystrophies rétiniennes héréditaires".

José-Alain Sahel a focalisé ses activités de recherche sur des maladies de la rétine incurables. Il a, entre autres, mis au point des thérapies novatrices pour la protection des photorécepteurs de la rétine et a identifié des protéines impliquées dans un mécanisme clé du maintien de la vision centrale.

La recherche clinique menée aux Quinze-Vingts est étroitement liée aux travaux scientifiques menés par les quelques 200 chercheurs de l’Inserm, de l’université Pierre et Marie Curie et du CNRS qui travaillent aujourd’hui au sein de l’institut. Diverses approches y sont développées : biologie du développement du système visuel ; compréhension et évaluation du traitement des informations visuelles ; décodage des mécanismes génétiques impliqués dans les maladies ophtalmologiques ; conception et évaluation de traitements innovants.

Voir Modifier Créer ici
Facebook Twitter Google+ Linkedin Viadeo Delicious StumbleUpon Evernote Scoop it Netvibes