toggle
ICON
Haut de page
Taille du texte
Ajouter au favoris
Imprimer
Envoyer à un ami
Partager

Facultés de médecine et de pharmacie de Rouen

Rouen

Le regroupement sur un site géographique unique de la faculté de médecine et de pharmacie, du centre hospitalo-universitaire de Rouen, du centre de recherche et de lutte contre le cancer Henri-Becquerel et de l'espace régional de formation des professionnels de santé de Rouen, a permis le développement, au cœur de la ville de Rouen, d'un campus hospitalo-universitaire engagé dans le soin, l'enseignement et la recherche. La proximité immédiate des laboratoires de recherche et des services cliniques offre les meilleures conditions à la formation des jeunes médecins et des scientifiques, ainsi qu'au développement de la recherche.

Le site de Mont-Saint-Aignan est le centre historique et administratif de l'université de Rouen. Situé sur l'un des plateaux de l'agglomération rouennaise, surplombant la ville, ce site regroupe l'institut universitaire de technologie (IUT), l'unité de formation et de recherche (UFR) des sciences et des techniques, l'UFR des lettres et sciences humaines, l'UFR de psychologie, sociologie et sciences de l'éducation, l'UFR des sciences du sport et de l'éducation physique, et ce sur une surface de près de 166 000 m².

L’histoire de la création de la faculté de médecine et de pharmacie de Rouen remonte ainsi au XVIème siècle et se décline de la manière suivante :

Contributions de l’Inserm à la recherche sur le site

Génétique et pathologies

Jean-Pierre Martin a été directeur de l’unité 295 “Physiopathologie et génétique rénale et pulmonaire” de 1986 à 1998. Ses recherches ont porté essentiellement sur la génétique des maladies respiratoires (étude de l’implication des inhibiteurs de protéases dans la genèse de l’emphysème pulmonaire et rôle des inhibiteurs dans le cancer du poumon).

Thierry Frebourg a dirigé l’unité 614 “Génétique du cancer et des maladies neuropsychiatriques” de 2004 à 2011, devenue l’unité 1079 entre 2012 et 2016, puis l’unité 1245 “Génomique et médecine personnalisée du cancer et des troubles neurologiques“ depuis 2017. Les travaux du laboratoire portent sur l’étude des formes héréditaires du cancer, la génomique des lymphomes et des tumeurs solides et le développement de marqueurs personnalisés du cancer, la génétique de la maladie d’Alzheimer et des démences et les bases épigénétiques des anomalies du développement cérébral.

Neuro-endocrinologie

Hubert Vaudry a dirigé l’unité 413 “Neuro-endocrinologie cellulaire et moléculaire” de 1994 à 2009. Les travaux de recherche du laboratoire ont porté sur la caractérisation de nouveaux neuropeptides, l’étude de leurs mécanismes d’action et la recherche de leurs effets sur la biosynthèse des neurostéroïdes.

Youssef Anouar a succédé à Hubert Vaudry, pour diriger l’unité 982 “Différenciation et communication neuronale et neuroendocrine” de 2010 à 2016, devenue l’unité mixte de recherche Inserm 1239/ université de Rouen, sous le même intitulé, depuis 2017. Son activité de recherche est centrée sur les neuropeptides et la neuro-endocrinologie, cherchant à comprendre comment les neuropeptides sont impliqués dans les mécanismes de différenciation et de communications neuronale et neuro-endocrine, Une autre part de ses activité est dédiée à l’étude des mécanismes de signalisation des neuropeptides au cours de la différenciation et du fonctionnement des cellules neuro-endocrines saines ou tumorales.

Maladies inflammatoires et auto-immunes

François Tron a été directeur de l’unité 519 “Protéines de défense des réponses immune et inflammatoire : identification, régulation et rôles physiopathologiques” de 1999 à 2008. Les recherches du laboratoire ont porté sur : l’étude de la physiopathologie des maladies auto-immunes du muscle (myosites) ; les spécificités des auto-anticorps produits au cours de la polyarthrite rhumatoïde et leur utilité en tant que marqueurs diagnostiques, pronostiques ou prédictifs de réponse aux biothérapies ; l’évaluation de l’effet des ecto-nucléotides extracellulaires sur l’homéostasie lymphocytaire et, plus particulièrement, sur la biologie des lymphocytes T régulateurs.

Olivier Boyer a été directeur de l’unité 905 “Physiopathologie et biothérapie des maladies inflammatoires et auto-immunes” de 2008 à 2016, et dirige l’unité 1234 “Physiopathologie, auto-immunité, maladies neuromusculaires et thérapies régénératrices-Panther” depuis 2017. Avec ses collaborateurs, il mène des recherches sur les maladies inflammatoires de l'appareil locomoteur (physiopathologie et biothérapies). Ils étudient également la physiopathologie et les thérapeutiques régénératrices innovantes en matière de maladies immuno-dermatologiques. Ils ont récemment mis au point, avec des chercheurs du CHU de Rouen une thérapie cellulaire de restauration de la capacité des sphincters à se contracter chez des patients souffrant d'incontinence anale sévère.

Insuffisance cardiaque - Pharmacologie cardiovasculaire

Christian Thuillez a été directeur de l’unité 644 “Pharmacologie des dysfonctionnements endothéliaux et myocardiques” de 2004 à 2011. Les recherches menées par le laboratoire ont concerné la physiopathologie et la pharmacologie cardiovasculaires, avec un intérêt particulier pour l’évaluation des effets des pathologies et de leur traitement sur les dysfonctions endothéliale et myocardique. Cette recherche a été abordée de façon transversale, au plan expérimental et clinique chez le volontaire sain et chez le malade, associant les services de pharmacologie, cardiologie, néphrologie, médecine interne et chirurgie cardiaque et vasculaire. L’objectif était de définir de nouvelles stratégies thérapeutiques de revascularisation dans l’ischémie et l’insuffisance cardiaque.

Vincent Richard est le directeur de l’unité 1096 “Nouvelles cibles pharmacologiques de la protection endothéliale et de l'insuffisance cardiaque” de 2012 à 2016, qu’il intitule ”Endothélium, valvulopathies et insuffisance cardiaque-ENVI” depuis 2017. Les travaux du laboratoire portent sur le retentissement cardiovasculaire des facteurs de risque et de l'insuffisance cardiaque ; la régulation de la vasomotricité par l'endothélium en situations pathologiques et lors de chirurgie cardiaque ; la détection et le traitement de la dysfonction cardiaque ; le processus de rejet de greffes vasculaires ; l’évaluation de médicaments et la recherche de nouvelles cibles thérapeutiques cardiovasculaires.

Troubles de l’intestin - Nutrition

Pierre Déchelotte dirige l’unité 1073 “Nutrition, inflammation, dysfonction de l'axe intestin-cerveau” depuis 2012. Il axe ses recherches sur les nutriments et le métabolisme intestinal ; le syndrome de l'intestin irritable (physiopathologie et thérapeutique) ; la physiopathologie des troubles du comportement alimentaire et de l'anorexie et l’étude de la pharmaco-nutrition et de la neurostimulation.

Voir Modifier Créer ici
Facebook Twitter Google+ Linkedin Viadeo Delicious StumbleUpon Evernote Scoop it Netvibes