toggle
ICON
Haut de page
Taille du texte
Ajouter au favoris
Imprimer
Envoyer à un ami
Partager

Hôpital Ambroise-Paré

Boulogne-Billancourt

Publié le 21 novembre 2018

L'hôpital Ambroise-Paré est un établissement de l'Assistance publique-hôpitaux de Paris (AP-HP), situé à Boulogne-Billancourt, dans les Hauts-de-Seine.

Centré sur la phase aiguë et ambulatoire des soins, l’hôpital Ambroise-Paré dispose de services d’urgences adultes et pédiatriques. Il accueille des patients en chirurgie orthopédique, et – en lien avec l’institut Curie – en cancérologie. Cet hôpital abrite également trois centres de référence, spécialisés en nutrition clinique, infections ostéo-articulaires et maladies rares.

Deux hôpitaux successifs

En 1921 les maires de Boulogne-Billancourt et de Suresnes proposent à l’AP-HP d’acquérir le sanatorium des docteurs Alice et Paul Sollier. Ils envisagent alors de transformer cette célèbre maison de santé – qui avait notamment accueilli Marcel Proust – en hôpital général de 250 lits.
Financé par la faculté de médecine de Paris, la ville de Boulogne-Billancourt et le département de la Seine, un premier hôpital Ambroise-Paré est inauguré le 1er novembre 1923. Mais durant l’hiver 1942, deux bombardements aériens visant les usines Renault toutes proches endommagent gravement l’établissement qui doit fermer.

En 1962, l’administration acquière une partie du domaine de Bailgu, appartenant à la famille Rothschild. Les travaux, financés par l’État, la ville de Paris et les caisses d’assurance maladie, débutent l’année suivante. En 1969, un nouvel hôpital Ambroise-Paré est inauguré.

Qui était Ambroise Paré ?

Il est considéré comme le père de la chirurgie moderne. Né vers 1510 à Laval, il a d’abord appartenu à la corporation des barbiers avant d’entrer à l’Hôtel-Dieu et devenir chirurgien. Exerçant sur les champs de bataille, il a inventé la méthode de ligature des artères qu’il substitua à la cautérisation lors d’amputation. Il fut également chirurgien d’Henri II, François II, Charles IX et Henri III.

Contribution de l’Inserm à la recherche sur le site

Physiopathologie et traitement de la douleur

Didier Bouhassira a d’abord été responsable de l’équipe mixte Inserm « Physiopathologie et pharmacologie clinique de la douleur » de 2003 à 2006, devenue l’unité 792 de 2006 à 2009. Depuis 2010, il est directeur de l’unité 987, toujours avec le même intitulé.

Neurologue et clinicien, il consacre ses recherches à la physiopathologie de la douleur et développe de nouvelles stratégies pour sa prise en charge thérapeutique. Au-delà de découvertes majeures sur la physiopathologie des grands syndromes douloureux, ses travaux ont eu un impact direct sur la pratique quotidienne, telle la mise au point de nouveaux outils d'aide au diagnostic ou d'évaluation des douleurs chroniques, devenus des références internationales pour les douleurs neuropathiques.

Voir Modifier Créer ici
Facebook Twitter Google+ Linkedin Viadeo Delicious StumbleUpon Evernote Scoop it Netvibes