toggle
ICON
Haut de page
Taille du texte
Ajouter au favoris
Imprimer
Envoyer à un ami
Partager

DKFZ, Heidelberg

Allemagne

Le DKFZ (Deutsches Krebsforschungszentrum) est un centre allemand de recherche sur le cancer, fondé par le professeur Karl Heinrich Bauer (1890-1978), chirurgien et oncologiste à Heidelberg, et mis en place en 1964, suite à une résolution de l’Etat de Baden-Wuerttemberg. En 1975, ce centre rejoint l’Association des centres fédéraux de recherche sur le cancer, l’Arbeitsgemeinschaft der Großforschungszentren ou AGF, transformé en Communauté des centres de recherche Helmholtz en 1995. Le DKFZ est également membre du Deutsche Forschungsgemeinschaft (DFG), une institution qui a pour mission de promouvoir la recherche scientifique en Allemagne. Cette fondation sous statut public est également partenaire du Centre national pour les maladies du cancer d’Heidelberg.

Bien que d’énormes efforts aient été consentis dans la lutte contre le cancer et que de considérables améliorations aient été apportées en matière thérapeutique ces dernières années, cette affection reste cependant une cause majeure des décès. Il est donc de la plus grande importance de poursuivre les efforts de recherche pour en comprendre la biologie et les traiter. Les scientifiques du DKFZ explorent systématiquement les mécanismes du développement et de la progression des cancers et en évaluent les facteurs de risque. Toute nouvelle découverte est exploité en recherche translationnelle pour développer de nouvelles stratégies de prévention de diagnostic et de traitement de ces affections.

Le DKFZ est le plus important institut de recherche biomédicale en Allemagne. Cet institut a notamment été dirigé entre 1983 et 2003 par Harald zur Hausen, qui a reçu le prix Nobel de physiologie ou médecine en 2008, avec Françoise Barré-Sinoussi et Luc Montagnier, pour leurs découvertes de virus responsables de maladies graves.

En 2014, le DKFZ a fêté ses 50 années d’existence.

Contributions de l’Inserm à la recherche sur le site 

Virologie et traitement du cancer

Jean Rommelaere a été directeur de l’unité Inserm 375 "Virologie appliquée à l'oncologie" de 1993 à 2004, puis de l’unité 701 "Virothérapie du cancer" de 2005 à 2011. Depuis 2012, il est directeur de l'équipe "Tumor Virology" au DKFZ. Il a été le directeur du premier laboratoire européen de l’Inserm. Unique en son genre pendant de nombreuses années, cette création a été suivie de la création de divers autres laboratoires internationaux de l’Inserm. Les recherches de Jean Rommelaere concernent les parvovirus et notamment la capacité originale du parvovirus-H1 à tuer les cellules cancéreuses. Les études fondamentales sur ce parvovirus sont poursuivies et appliquées notamment au développement de vecteurs parvoviraux pour optimiser de nouvelles stratégies anti-cancéreuses. Les premières études cliniques sont en cours pour traiter des tumeurs cérébrales chez des patients.

Henri-Jacques Delecluse a été directeur de l’unité Inserm 1074 "Infection, cellules épithéliales et cancer" depuis 2012. Ses travaux ont porté sur les mécanismes moléculaires de la cancérogenèse (lésions pré-cancéreuses et transformation virale). Il a également focalisé ses recherches sur les carcinomes biliaires rencontrés chez les patients atteints de cholangite sclérosante primaire. Il a récemment mis en évidence le rôle de la protéine BNRF1 dans l’apparition de certains cancers (cancer du système lymphatique, de l’estomac ou du nasopharynx) chez des personnes infectées par le virus d’Epstein-Barr. Contracté généralement par 95% de la population mondiale via une simple infection des voies respiratoires ou par une mononucléose infectieuse, le virus reste souvent silencieux mais peut parfois, en infectant les cellules voisines, provoquer une risque accru de dégénérescences tumorales.

Voir Modifier Créer ici
Facebook Twitter Google+ Linkedin Viadeo Delicious StumbleUpon Evernote Scoop it Netvibes