toggle
ICON
Haut de page
Taille du texte
Ajouter au favoris
Imprimer
Envoyer à un ami
Partager

Centre Léon-Bérard

Lyon

Entrée principale du Centre Léon Bérard (Lyon) en 2013 © Marie-Laure LUCA

Entrée principale du Centre Léon Bérard (Lyon) en 2013

Le centre Léon-Bérard est le centre de lutte contre le cancer de Lyon et de Rhône-Alpes. Il est à la fois un hôpital, un centre de recherche et un pôle d'enseignement.

Le premier centre anticancéreux de Lyon est inauguré en 1923 sous le grand dôme de l’Hôtel-Dieu de Lyon, construit par l’architecte Soufflot entre 1755 et 1764. Dès sa création, le centre adopte le nom de son fondateur, Léon Bérard (1870-1956), un professeur de clinique chirurgicale connu pour ses travaux en chirurgie thoracique. Ce pionnier connaît bien l’Hôtel-Dieu et son service de chirurgie où il effectue, dès 1917, des essais de radiothérapie dans la lutte contre le cancer. Le centre dispose à sa création de 60 lits. A cette époque, il bénéficie largement de l’aide d’un célèbre mécène, Auguste Lumière, l’inventeur du cinématographe avec son frère Louis. Il bénéficie également de l'aide de l'Association lyonnaise de lutte contre le cancer pour l'achat de radium, rare à l'époque, utilisé dans le traitement des cancers du col del’utérus et de la muqueuse buccale.

Cependant, le bâtiment, bien que prestigieux, se révèle vite trop petit et des structures de type préfabriqué sont progressivement installées sous le dôme. Dès 1934, le service de Léon Bérard est transféré à l’hôpital Edouard-Herriot de construction plus récente, autrefois appelé hôpital Grange-Blanche. Ce changement permet au centre de se doter d’appareils de radiothérapie à grand rendement et d'un service de chirurgie moderne.

Léon Bérard prend sa retraite en 1941. A nouveau, le centre est devenu trop petit pour accueillir les patients qui affluent. Son successeur, Paul Santy, souhaite alors un centre plus grand d’une capacité de 300 lits, qui ouvrira ses portes en 1958, à proximité de l’hôpital Edouard-Herriot. L’établissement propose, sur un même site, tous les examens permettant le diagnostic et le suivi des cancers, ainsi que les traitements : chirurgie, chimiothérapie et radiothérapie.

Aujourd’hui, le centre Léon-Bérard (http://centreleonberard.fr/) est un établissement de soins privé d'intérêt collectif, qui participe au service public hospitalier français. Il est également devenu, à travers ses laboratoires de recherche, un site d’accueil privilégié pour l’incubation d’entreprises innovantes.

 

Contributions de l’Inserm à la recherche sur le site

Cancérologie

Jean-François Doré a créé et dirigé l’unité 218 "Immunologie et cancérologie expérimentale" de 1978 à 1994, dans le centre Léon-Bérard. Ses travaux ont porté sur la biologie des cancers (progression tumorale, différenciation cellulaire, invasion et métastases). Ses principales contributions concernent le mélanome et les cancers de la peau. A partir de 1996, il poursuivra ses recherches au sein de l’unité 453 de Jean-Pierre Magaud sur les réponses cellulaires aux rayonnements ultraviolets.

Jean-Pierre Magaud dirige l'unité 453 "Biologie des gènes suppresseurs de tumeur" de 1996 à 2003. Il identifie notamment des gènes impliqués dans des cancers du sang, dont les lymphomes. Avec  ses collaborateurs, il étudie les anomalies chromosomiques et la leucémogenèse, la résistance tumorale induite par les cytokines aux agents génotoxiques et aux lymphocytes cytotoxiques, la prolifération et la chimio-sensibilité des hémopathies malignes. Il identifiera notamment des gènes impliqués dans des cancers du sang, dont les lymphomes.

Alain Puisieux dirige l’unité de recherche 590 "Oncogenèse et progression tumorale" de 2003 à 2010. Il porte le projet de création du centre de recherche en cancérologie de Lyon (CRCL) dont il assure la direction depuis 2011. Ce centre est une unité mixte de recherche Inserm 1052/CNRS 5286/centre Léon-Bérard/université Claude-Bernard, dans lequel les chercheurs s'intéressent à mieux comprendre les processus de progression tumorale, afin de trouver les diagnostics et les traitements de demain. L’unité est organisée en départements autour des thématiques suivantes: signalisation et échappement tumoral, plasticité des cellules cancéreuses et immunité, virus, inflammation. Les équipes sont localisées sur trois sites proches : le centre Léon-Bérard, les bâtiments Inserm du cours Albert-Thomas et la faculté de médecine et de pharmacie Rockefeller, tous basés sur le pôle Est de Lyon.

Voir Modifier Créer ici
Facebook Twitter Google+ Linkedin Viadeo Delicious StumbleUpon Evernote Scoop it Netvibes