toggle
ICON
Haut de page
Taille du texte
Ajouter au favoris
Imprimer
Envoyer à un ami
Partager

Youssef Anouar

Chercheur, neurobiologiste, né le 14 janvier 1962

Présentation Biographie Publications et ouvrages

L’activité de recherche de Youssef Anouar est centrée sur les neuropeptides et la neuro-endocrinologie depuis plus de 25 ans. Il cherche à comprendre comment les neuropeptides sont impliqués dans les mécanismes de différenciation et de communications neuronale et neuro-endocrine, sachant que de nombreuses pathologies des systèmes nerveux (maladies neurodégénératives, tumeurs cérébrales) et neuro-endocrines (obésité, tumeurs neuro-endocrines) sont associées à des anomalies dans la différenciation, la survie et l’intercommunication cellulaire.

Une grande partie des travaux de Youssef Anouar a été consacrée à l’étude de la fonction de protéines nommées chromogranines/sécrétogranines, qui sont majoritairement présentes dans les granules de sécrétion des cellules endocrines, neuro-endocrines et neuronales. Les résultats ont contribué à montrer que ces protéines sont régulées par des neuropeptides et les hormones stéroïdes, qu’elles donnent naissance à des peptides comme l’EM66 qui contrôle la prise alimentaire ou qui sert de marqueur pour différencier certains types de tumeurs neuro-endocrines, telles que les phéochromocytomes. Enfin, ces protéines induisent la formation de granules de sécrétion et aident au stockage et à la libération des hormones.

Une autre part de ses activité a été dédiée à l’étude des mécanismes de signalisation des neuropeptides au cours de la différenciation et du fonctionnement des cellules neuro-endocrines saines ou tumorales telles que les cellules chromaffines de la médullosurrénale. Ces travaux ont notamment permis de montrer l’implication de la protéine kinase ERK dans la biosynthèse des neuropeptides dans les cellules chromaffines, l’implication du facteur de transcription NF-kB dans les effets trophiques du neuropeptide PACAP et l’identification d’une nouvelle enzyme anti-oxydante, la sélénoprotéine T, qui joue un rôle essentiel dans la neuroprotection induite par le neuropeptide PACAP, et dans la prévention de la neurodégénérescence dans des modèles de la maladie de Parkinson.

Les autres activités de l’unité portent sur le rôle des neuropeptides dans l’ontogenèse cérébrale, les accidents vasculaires cérébraux, la gliomagenèse, la régulation du métabolisme énergétique et les hyperplasies surrénaliennes.

Ces travaux de recherche ont permis de déposer de nombreux brevets et certains d’entre eux sont en cours de maturation dans une optique de valorisation. Notamment, un marqueur de la malignité des phéochromocytomes a été identifié et un nouveau modèle de la maladie de Parkinson a été développé chez la souris présentant des troubles moteurs caractéristiques. Ainsi, en plus d’améliorer les connaissances fondamentales, un objectif important du laboratoire est d’identifier et de valider des outils diagnostiques et pronostiques et de développer de nouvelles stratégies thérapeutiques.

Voir Modifier Créer ici
Facebook Twitter Google+ Linkedin Viadeo Delicious StumbleUpon Evernote Scoop it Netvibes