toggle
ICON
Haut de page
Taille du texte
Ajouter au favoris
Imprimer
Envoyer à un ami
Partager

Pierre Tiollais

Médecin, biologiste, généticien, Né le 8 décembre 1934

Présentation Biographie Documents et entretiens Publications et ouvrages

Après un séjour de six ans à l’Institut des maladies du sang, créé et dirigé par Jean Bernard à l’hôpital Saint-Louis, à Paris, Pierre Tiollais entre à l’Institut Pasteur en 1973. Ses travaux portent sur les technologies d’ADN recombinant. Docteur en médecine, il va appliquer ses connaissances technologiques en génie génétique à un problème médical et de santé publique majeur dans le monde : l’hépatite B, maladie pouvant conduire à la cirrhose et au cancer du foie.

En collaboration avec Alain Rambach, il construit, en 1975, le premier vecteur de clonage (structure qui permet la propagation du fragment d’ADN à cloner) du virus bactériophage lambda. Cela s’est concrétisé par le premier article de génie génétique publié sur des travaux menés en France (Proocedings of the National Academy of Sciences USA, en 1975).


“Pierre Tiollais est l’exemple même du médecin chercheur dont les recherches en laboratoire ont abouti à sauver la vie de millions de personnes par la mise au point d’un vaccin efficace contre l’hépatite B. Son œuvre est un parfait exemple de "médecine translationnelle", c'est-à-dire transférant des résultats de laboratoire vers une application clinique."

Extrait de l’hommage qui a été rendu à Pierre Tiollais, en avril 2012, par les académies des sciences et de médecine de Paris, hommage prononcé par Raymond Ardaillou


Avec ses collaborateurs, dont Patrick Charnay et Christine Pourcel, il est également le premier à cloner le génome du virus de l’hépatite B.

Ses travaux portent ensuite sur l’hépatocarcinome (cancer du foie) et sur le vaccin recombinant. En 1980, Christian Bréchot qui mène ses recherches dans son laboratoire montre la présence de séquences du génome du virus de l’hépatite B (VHB) dans le génome des cellules de l’hépatocarcinome. Cela va constituer l’argument essentiel en faveur du rôle de ce virus dans le déclenchement de ce cancer.

En résumé, Pierre Tiollais a joué un rôle majeur, avec l’application de la technologie de l’ADN recombinant à l’hépatite B. Le principal succès pour lequel il est mondialement connu est d’avoir cloné, puis séquencé le génome du virus de cette hépatite et, enfin, obtenu les antigènes viraux, ouvrant ainsi la voie à la production à grande échelle de vaccins utilisés à travers le monde et qui ont permis de faire reculer notablement le nombre de personnes atteintes de l’hépatite B.

Voir Modifier Créer ici
Facebook Twitter Google+ Linkedin Viadeo Delicious StumbleUpon Evernote Scoop it Netvibes