toggle
ICON
Haut de page
Taille du texte
Ajouter au favoris
Imprimer
Envoyer à un ami
Partager

Pier Vincenzo Piazza

Pier Vincenzo Piazza, psychiatre, neurobiologiste, né le 28 mai 1961

Présentation Biographie Entretiens et documents Publication et ouvrages

Pier-Vincenzo Piazza, psychiatre et neurobiologiste consacre une partie importante de ses recherches à l’étude de la pharmaco-dépendance et ses travaux portent sur les mécanismes de l’addiction aux drogues. Précurseur en psychiatrie biologique, il a montré que l’addiction est bien une maladie et qu’elle devait être soignée comme telle.

Après ses études de médecine menées à Palerme, Pier-Vincenzo Piazza a effectué son post-doctorat en France, dans le laboratoire Inserm de "Psychobiologie des comportements adaptatifs" dirigé par Michel Le Moal à Bordeaux. Un an après son arrivée, il cosignait un premier article, en 1989, sur l’addiction aux drogues, qui visait à déterminer les facteurs prédictifs de la grande variabilité de la sensibilité individuelle à l’addiction. Il a poursuivi les recherches dans ce domaine et a montré que certaines personnes ont une vulnérabilité particulière à l’addiction, comme pour d’autres maladies psychiatriques. Le stress est l’un de ces facteurs de vulnérabilité. La mise en évidence de l’existence de la vulnérabilité individuelle à l’addiction, a posé les bases de la physiopathologie de la toxicomanie.

Depuis, il a affiné ce concept en montrant que le développement d'une addiction résulte de deux types de vulnérabilités individuelles, complémentaires mais indépendantes : une vulnérabilité à l'usage de drogue, responsable d'une prise chronique, et une vulnérabilité à l'addiction, impliquée dans la perte de contrôle sur la consommation chez 20 % des individus.

Il vise actuellement à identifier les mécanismes moléculaires de la vulnérabilité aux drogues. Avec ses collaborateurs, il a identifié en 2014, un mécanisme capable de protéger naturellement le cerveau des effets néfastes du cannabis chez l’animal. Ils ont montré que la prégnénolone, une hormone produite par le cerveau, est responsable d’un mécanisme naturel de défense contre les effets néfastes du cannabis. Ils ont ainsi révélé une nouvelle classe pharmacologique, qui leur a permis ensuite de sélectionner un premier candidat médicament, capable d’inhiber les effets comportementaux du THC, la principale substance à effets psychotropes du cannabis. Cette découverte l’a amené à co-fonder la start-up Aelis Farma pour développer ces nouvelles molécules, qui pourraient permettre de traiter l’addiction, mais également d’autres pathologies. Cette découverte ouvre donc la voie à de possibles traitements contre l’addiction au cannabis.

Pier Vincenzo Piazza dirige l’unité Inserm 1215 de neurosciences au sein du Bordeaux Neurocampus qu’il coordonne et qui vient de se doter du centre Broca Nouvelle-Aquitaine. Inauguré le 28 septembre 2017, ce centre regroupe plusieurs instituts et toutes les disciplines de neurosciences, de la recherche fondamentale à la recherche appliquée jusqu'au malade. Il est situé dans le campus universitaire de Carreire et jouxte le CHU de Bordeaux.

Voir Modifier Créer ici
Facebook Twitter Google+ Linkedin Viadeo Delicious StumbleUpon Evernote Scoop it Netvibes