toggle
ICON
Haut de page
Taille du texte
Ajouter au favoris
Imprimer
Envoyer à un ami
Partager

Philippe Druet

Médecin néphrologue et immunologiste (1935-2015)

Présentation Biographie Entretiens et documents Publications et ouvrages

Les travaux de Philippe Druet, néphrologue et immunologiste, professeur des universités, praticien hospitalier, ont porté sur l’auto-immunité normale et pathologique chez l’animal et chez l’homme. Il a dirigé pendant presque 15 ans l’unité de recherche Inserm 28 de pathologie rénale et vasculaire à l’hôpital Broussais à Paris, puis d’auto-immunité normale et pathologique à l’hôpital Purpan à Toulouse.

Son objectif princeps a été de comprendre les mécanismes impliqués dans l’apparition de maladies auto-immunes induites, notamment, par des agents chimiques comme le chlorure de mercure ou la D-pénicillamine et les sels d'or. Ces agents peuvent en effet induire, chez des individus prédisposés, des maladies systémiques de type lupus et/ou affecter un organe particulier comme le rein (D-pénicillamine, sels d'or...)

Philippe Druet a ainsi étudié, avec ses collaborateurs, les mécanismes immunologiques responsables de néphropathies, en particulier les néphropathies induites par les métaux lourds ou par des médicaments tels que la D-pénicillamine ou les sels d’or utilisés dans le traitement de la polyarthrite rhumatoïde.

Une partie importante de ces travaux a été réalisée, de 1993 à 1996, dans le cadre d'un programme européen.

Par ailleurs, ses recherches ont également porté sur sur le rôle joué par l’apoptose (mort cellulaire programmée)dans le lupus érythémateux disséminé, maladie auto-immune chronique, qui se manifeste le plus souvent par des lésions cutanées et des douleurs articulaires, mais le lupus peut également atteindre des organes comme le cœur, le cerveau, et être responsable de graves lésions rénales. Pour ce faire, il a étudié la réponse de diverses souches de souris à l’immunisation avec des nucléosomes, pour savoir si des réponses T différentes (Th1 et Th2, par exemple) peuvent être observées selon la souche testée.

Voir Modifier Créer ici
Facebook Twitter Google+ Linkedin Viadeo Delicious StumbleUpon Evernote Scoop it Netvibes