toggle
ICON
Haut de page
Taille du texte
Ajouter au favoris
Imprimer
Envoyer à un ami
Partager

Philippe Bougnoux

Médecin-chercheur, cancérologue, né le 7 août 1947

Présentation Biographie Entretiens Publications et ouvrages

Les recherches de Philippe Bougnoux portent sur l'influence de l'alimentation, notamment des lipides, sur le cancer.

Au début des années 1980, Visiting Fellow au National Cancer Institute à Bethesda (Etats-Unis), il participe au décryptage du rôle des lipides dans la transmission du signal dans des cellules du sang. Il se consacrera ensuite à l'oncologie médicale, en devenant spécialiste du traitement des cancers gynécologiques et du sein, tout en développant une activité de recherche sur le thème "Nutrition et cancer’’. Il s'agit d'une recherche transversale, expérimentale et appliquée, sur la relation entre les lipides d’origine marine, la prévention et le traitement du cancer du sein. Il cherche à comprendre comment l’alimentation et les nutriments de nature lipidique influencent les altérations moléculaires, qui mènent à la formation des tumeurs malignes, et comment l’intégration de ces composants retarde l’apparition du cancer du sein ou augmente la réponse individuelle aux agents anticancéreux. Ainsi, l’observation de patientes opérées pour une tumeur mammaire bénigne ou cancéreuse a permis de documenter l’existence d’une relation étroite entre la composition en acides gras du tissu adipeux, témoin des apports alimentaires passés en lipides, et celle des lipides membranaires des tissus tumoraux, puis avec le pronostic du cancer du sein, établissant ainsi unlien entre les habitudes alimentaires et le comportement du cancer du sein. Cette même approche a permis d’individualiser dans le tissu adipeux un profil d’acides gras associé au risque de cancer du sein et de décrire un biomarqueur de la part nutritionnelle du risque de cancer du sein, qui a fait l'objet d'un brevet en 2005. Des expérimentations réalisées chez le rat ont révélé un lien entre l'alimentation et la sensibilité de la tumeur aux traitements anticancéreux, comme la chimiothérapie ou les radiations ionisantes. Actuellement, un essai randomisé d’intervention nutritionnelle avec des acides gras polyinsaturés à longue chaîne d’origine marine est en cours, pour augmenter la sensibilité des tumeurs à la chimiothérapie anticancéreuse.

Philippe Bougnoux est professeur de cancérologie et chef de service à l'hôpital de jour de cancérologie à l’hôpital de Tours et anime la thématique "prévention des cancers" dans l'unité de recherche Inserm "Nutrition, croissance et cancer" à Tours. Depuis 2011, il est le directeur du Cancéropôle Grand Ouest, l'un des sept cancéropôles créés par l'Institut national du cancer (Inca) en 2003 dans le cadre des plans cancer nationaux. Au sein des cancéropôles, il s’agit de favoriser la recherche de transfert, c’est à dire le passage de la recherche fondamentale à la recherche clinique. La finalité est de permettre aux patients de bénéficier plus rapidement des moyens thérapeutiques les plus innovants et les plus adaptés pour le traitement des cancers. L'un des axes de travail du Cancéropôle Grand Ouest est de valoriser les produits de la mer en cancérologie. Dans ce cadre, Philippe Bougnoux a coordonné un consortium d’unités de recherche en chimie et en biologie sur les molécules anticancéreuses d’origine marine.

Voir Modifier Créer ici
Facebook Twitter Google+ Linkedin Viadeo Delicious StumbleUpon Evernote Scoop it Netvibes