toggle
ICON
Haut de page
Taille du texte
Ajouter au favoris
Imprimer
Envoyer à un ami
Partager

Michel Fardeau

Médecin, neurologiste et généticien, né le 24 octobre 1929

Présentation Biographie Entretiens et documents Publications et ouvrages

Michel Fardeau - © Inserm, M. Depardieu

Michel Fardeau

L’activité médicale et scientifique de Michel Fardeau a été entièrement consacrée à la biologie et à la pathologie musculaire. Il a été formé à la neurologie clinique par le professeur Raymond Garcin, à l’hôpital de la Salpêtrière, et à la biologie cellulaire par le professeur René Couteaux, à la faculté des sciences à Paris.

En 1962, Michel Fardeau crée le premier service de recherche de microscopie électronique dédié à la biologie et la pathologie du tissu musculaire dans le laboratoire de neuropathologie de l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière, grâce à l'aide de la Délégation générale à la recherche scientifique et technique (DGRST). Doté d’une expertise remarquable en cytochimie et en microscopie électronique musculaire, il montre d’abord l’intérêt et l’importance de ces techniques dans l’étude et le diagnostic des maladies musculaires acquises ou héréditaires. C’est d’ailleurs vers ces dernières que l’activité de recherche de Michel Fardeau s’oriente principalement, à son retour des Etats-Unis à la fin des années 1960.

Dans les années 1980, il s’intéresse aux greffes cellulaires. Il montre, en particulier, qu’il est possible de reconstruire du muscle à partir des greffes de cellules satellites. L’introduction des techniques de la biologie moléculaire lui permet, avec ses collaborateurs, d’identifier plusieurs mutations responsables de maladies musculaires héréditaires et d’envisager, à partir des années 1990, la thérapie génique par transfert de gène, notamment dans la myopathie de Duchenne.

En 1990, une consultation pluridisciplinaire de pathologie neuromusculaire est installée à la Pitié-Salpêtrière ; celle-ci sera intégrée dans l’Institut de myologie, fondé en 1997 par l’Association française contre les myopathies (AFM), en partenariat avec l’Assistance publique - Hôpitaux de Paris et l’Inserm. Michel Fardeau en sera le directeur scientifique et médical de1996 à 2006.

Parmi les contributions scientifiques majeures de Michel Fardeau et de ses collaborateurs : la description, avec Ben Hamida, en Tunisie, de la dystrophie musculaire à transmission autosomique récessive ; la découverte, avec Fernando Tomé, d’une déficience en mérosine (une protéine de la membrane extra-cellulaire) dans les dystrophies musculaires congénitales ; la mise en évidence d’un isolat génétique dans l’île de la Réunion présentant une forme juvénile de dystrophie musculaire des ceintures, qui a conduit le groupe de Jaqui Beckmann à l’identification de certaines mutations.

Michel Fardeau donne la première description clinico-pathologique d’une myopathie avec accumulation de desmine. Il consacre une grande partie de son travail à l’étude clinico-pathologique des myopathies congénitales et, avec Norma Romero et Ana Ferreiro, contribue à la caractérisation moléculaire de certaines de ces myopathies.

Parallèlement à son travail médical et scientifique, Michel Fardeau s’est beaucoup impliqué dans l’aide et l’intégration sociale des personnes handicapées. En 1981, il a été le premier président du conseil scientifique de l’Association française contre les myopathies (AFM).

Voir Modifier Créer ici
Facebook Twitter Google+ Linkedin Viadeo Delicious StumbleUpon Evernote Scoop it Netvibes