toggle
ICON
Haut de page
Taille du texte
Ajouter au favoris
Imprimer
Envoyer à un ami
Partager

Marcel Goldberg

Médecin et épidémiologiste, né le 20 février 1945

Présentation Biographie Document Publications et documents

Mis à jour le 31 janvier 2019

Au cours de sa carrière, Marcel Goldberg s’est intéressé à des disciplines scientifiques que l’on peut regrouper en trois grandes thématiques : les sciences de l’information médicale, la connaissance de l'état de santé d'une population, l’épidémiologie sociale (risques professionnels, déterminants sociaux de la santé, cohortes prospectives).

Marcel Goldberg contribua à la conception et à la réalisation d'un logiciel de gestion de base de données original (projet SARI), qui sera notamment appliqué à la banque d'information automatisée sur les médicaments (BIAM). À partir de 1971, il participe à la mise en place d'une base de données d’études épidémiologiques sur la population des salariés d’EDF-GDF (environ 150 000 travailleurs) : le système d’information épidémiologique SI-EPI est composé de deux bases de données qui couvrent divers aspects de la santé et de l’environnement de ces agents :

Marcel Goldberg est également à l’origine de travaux sur les indicateurs d'état de santé d'une population : utilisation de données d'enregistrement d'absentéisme en tant qu'indicateur d'état de santé d'une population de travailleurs, modélisation pour l’estimation de l'incidence et de la prévalence des maladies cardiovasculaires et de certains cancers dans une population, modélisation pour la prévision de la mortalité par mésothéliome (forme rare et très sévère de cancer).

Dans le champ de l’étude épidémiologique des risques professionnels, on lui doit des travaux pluridisciplinaires sur les accidents du travail, les effets de la mobilité géographique et sociale sur la santé, la consommation de tabac et d’alcool et les conditions de travail, l’organisation du travail et la santé, les cancers d'origine professionnelle, l’identification et le suivi médical post-professionnel des salariés retraités ayant été exposés à l’amiante, la reconnaissance des mésothéliomes comme maladie professionnelle, l’étude sur les risques liés à l’exposition environnementale à l’amiante sur le campus de Jussieu, la mise au point et la validation de matrices emplois-expositions.

Il a coordonné le “Pôle de recherche en épidémiologie des cancers professionnels” du réseau ARECA, mis en place et financé par l’Association pour la recherche sur le cancer (ARC), qui a associé plusieurs équipes. Dans le cadre de ses activités à l’Institut de veille sanitaire (InVS), il a initialisé et coordonné le programme national de surveillance du mésothéliome (PNSM).

Concernant l’épidémiologie sociale, Marcel Goldberg étudie des déterminants sociaux de la santé d'une population et des inégalités sociales de santé dans différents domaines (cancers, santé mentale, troubles musculo-squelettiques, vieillissement, notamment).

Il est, en outre, à l’origine de différentes études de cohortes prospectives. La cohorte Gazel (15 000 hommes et 5 500 femmes agents d’EDF-GDF) a pour objet la réalisation d'études épidémiologiques portant sur différents thèmes. Elle est suivie, depuis 1989, à travers diverses sources : auto-questionnaire chaque année, service du personnel, régime particulier de Sécurité sociale, médecine du travail, caisses mutuelles complémentaires, système national d’information inter-régimes de l’assurance maladie (SNIIRAM), centre Inserm d’épidémiologie sur les causes médicales de décès, centres d’examens de santé de la Sécurité sociale, banque de matériel biologique. Plus de 90 projets de recherche épidémiologique portant sur des thèmes très diversifiés ont été mis en place grâce à cette cohorte, par de nombreuses d’équipes françaises et étrangères.

Marcel Goldberg contribue également à la cohorte Constances, dirigée par Marie Zins. Cette cohorte est composée d’un échantillon de 200 000 sujets âgés de 18 à 69 ans à l’inclusion, représentatifs de la population française adulte affiliée au régime général de Sécurité sociale (plus de 85 % de la population). Ses objectifs sont de constituer une plateforme largement ouverte à la communauté des chercheurs et de la santé publique, afin de contribuer au développement de la recherche épidémiologique et fournir des informations à visée de santé publique.

Il a coordonné enfin la rédaction d’un rapport du Haut conseil de la santé publique sur l’utilisation des données médico-administratives pour l’épidémiologie et la santé publique, et il anime le réseau national ReDSiam “Mieux utiliser le SNIIRAM/SNDS (système national des données de santé) pour la recherche, la surveillance, l’évaluation et la santé publique”.

Voir Modifier Créer ici
Facebook Twitter Google+ Linkedin Viadeo Delicious StumbleUpon Evernote Scoop it Netvibes