toggle
ICON
Haut de page
Taille du texte
Ajouter au favoris
Imprimer
Envoyer à un ami
Partager

Marc Peschanski

Médecin-chercheur en thérapeutique expérimentale, né le 7 janvier 1952

Présentation Biographie Entretiens et documents Publications et ouvrages

Les recherches de Marc Peschanski visent à identifier, à caractériser et à mettre en œuvre des thérapies innovantes fondées sur l’utilisation d’outils biologiques, en particulier cellulaires. Cette recherche translationnelle l’a conduit, notamment, à explorer les potentiels thérapeutiques des cellules souches pluripotentes, d’origine embryonnaire ou induites par modification génétique, comme agents de la médecine régénératrice et comme cibles de la recherche pharmacologique. Son domaine de recherche concerne plus particulièrement les maladies rares d’origine génétique.

Marc Peschanski a commencé sa carrière à l’hôpital Sainte-Anne, à Paris. D’abord interne dans le service de neurochirurgie stéréotaxique de Jean Talairach en 1976, puis au sein de l’unité Inserm de Jean-Marie Besson sur l’étude de la physio-pharmacologie de la douleur.

Mais, dès la fin des années 1980, il abandonne ses recherches sur la physiologie et va mener ses travaux sur les premières thérapies cellulaires et géniques, recourant aux greffes de neurones fœtaux pour tenter de traiter des lésions de la moelle épinière, qu’il applique à la maladie de Parkinson, puis à la maladie de Huntington.

Marc Peschanski décrivait de la manière suivante ses projets de recherche, lors de la demande de création de son unité Inserm :
"La définition de voies thérapeutiques nouvelles dans le traitement des atteintes du système nerveux, à partir de l'étude de la neuroplasticilé, constituera l'axe thématique central de notre laboratoire, axe traduit par l'intitulé de l'unité de recherche que nous proposons à la création : ‛Neuroplasticité et thérapeutique’. Le laboratoire a été organisé pour répondre à trois objectifs essentiels de recherche : l'étude des mécanismes d'adaptation des neurones aux situations pathologiques, la mise au point expérimentale d'outils à visée thérapeutique, l'application clinique de nouvelles thérapeutiques interventionnelles".


Marc Peschanski décrivait de la manière suivante ses projets de recherche, lors de la demande de création de son unité Inserm :
"La définition de voies thérapeutiques nouvelles dans le traitement des atteintes du système nerveux, à partir de l'étude de la neuroplasticilé, constituera l'axe thématique central de notre laboratoire, axe traduit par l'intitulé de l'unité de recherche que nous proposons à la création : ‛Neuroplasticité et thérapeutique’. Le laboratoire a été organisé pour répondre à trois objectifs essentiels de recherche : l'étude des mécanismes d'adaptation des neurones aux situations pathologiques, la mise au point expérimentale d'outils à visée thérapeutique, l'application clinique de nouvelles thérapeutiques interventionnelles".


Et, dès la fin des années 1990, il sera l’un des premiers, en France, à s’intéresser aux cellules souches embryonnaires humaine et à leurs applications en médecine régénérative. Il crée en 1995 et dirige à hôpital Henri-Mondor, à Créteil, l’unité Inserm "Neuroplasticité et thérapeutique" (on entend schématiquement par neuroplasticité la capacité que possèdent les neurones à modifier leur contenu moléculaire et à façonner leur structure tout au long de la vie). Il crée ensuite, en 2005, l’Istem - l'Institut des cellules souches pour le traitement et l’étude des maladies monogéniques, au Génopole d’Evry.  L’Istem est dédié à l’élaboration de traitements fondés sur les potentiels offerts par les cellules souches pluripotentes et applicables aux maladies rares d’origine génétique.

Voir Modifier Créer ici
Facebook Twitter Google+ Linkedin Viadeo Delicious StumbleUpon Evernote Scoop it Netvibes