toggle
ICON
Haut de page
Taille du texte
Ajouter au favoris
Imprimer
Envoyer à un ami
Partager

Léon Le Minor

Médecin microbiologiste, né le 16 avril 1920

Présentation Biographie Publications et ouvrages

Léon Le Minor est un grand nom de la microbiologie médicale française. A l'Institut Pasteur, son laboratoire fut une pépinière de microbiologistes et de chercheurs dans les domaines de la taxonomieet du diagnostic microbiologique (Patrick Grimont, Michel Popoff, etc…), mais aussi dans celui de la pathogénicité. Il avait l'art de reconnaitre les chercheurs prometteurs, de leur donner des moyens de travail, puis de s'effacer derrière eux.

Affecté à l’Institut Pasteur en 1943, il met au point la technique de la coproculture qui permet d’isoler un grand nombre de Salmonella, notamment dans les services de pédiatrie, à une époque où la fréquence de ces agents pathogènes infectieux était très mal connue. Dans les années 1950, Léon Le Minor et ses collaborateurs étudient des types particuliers d’Escherichia coli, entéropathogènes, responsables d’épidémies de gastro-entérites chez le nourrisson. Ils apportent des données essentielles sur ces bactéries (propriétés biochimiques, spectre de résistance aux antibiotiques, diagnostic rapide par immunofluorescence), permettant aux cliniciens d’employer les thérapeutiques et les mesures préventives les mieux adaptées.

Les progrès de la biochimie, puis de la biologie moléculaire, vont alors permettre le développement des recherches en taxonomie, reposant sur l'étude des caractères phénotypiques et génomiques. C'est dans le laboratoire de Léon Le Minor que sont mises au point, pour l'essentiel, les méthodes modernes de taxonomie/phylogénie bactérienne, telles que la technique RFLP (polymorphisme de longueur des fragments de restriction), avec Patrick Grimont, et l'identification biochimique systématisée dont sont nées les plaques API (Analytical Profil Index), avec Claude Richard.

Léon Le Minor fut un des leaders mondiaux de l’étude du genre Salmonella, en particulier concernant la démonstration et la caractérisation de l'immense diversité de ce genre qui comprend 2 500 sérotypes. Il fut un des moteurs de la re-classification taxonomique de Salmonella. Cette restructuration, qui a abouti à la classification actuelle, ne se serait pas faite sans son pouvoir de conviction et sa connaissance exhaustive de la biochimie et de la sérologie de Salmonella.

C'est en raison des compétences reconnues de son unité de recherche Inserm dans le domaine des entérobactéries et des bactéries voisines que des centres de référence y furent implantés, soit nationaux par le ministère de la Santé (Salmonella, Shigella, lysotypie entérique), soit internationaux par l'OMS (Salmonella).

Léon Le Minor est le seul chercheur français dans la seconde moitié du XXe siècle que le comité international de taxonomie ait reconnu (1981) en nommant deux espèces bactériennes nouvellement identifiées et caractérisées (ancien groupe 57) d'après son nom (genre) et celui de deux de ses élèves/collaborateurs (espèce) : Leminorella grimontii et Leminorella richardii (deux entérobactéries commensales de l'intestin régulièrement retrouvées comme responsables d'infections nosocomiales).

Léon Le Minor est un expert internationalement reconnu et écouté pour ce qui concerne la famille des entérobactéries. Il fut un participant actif au “Kaufmann-White”, ouvrage sans cesse réactualisé qui représente la “Bible” des entérobactéries. Dans le domaine de la microbiologie médicale, son ouvrage demeure le seul livre de référence en langue française.

Voir Modifier Créer ici
Facebook Twitter Google+ Linkedin Viadeo Delicious StumbleUpon Evernote Scoop it Netvibes