toggle
ICON
Haut de page
Taille du texte
Ajouter au favoris
Imprimer
Envoyer à un ami
Partager

Léandre Pourcelot

Ingénieur, médecin, chercheur, né le 7 septembre 1940

Présentation Biographie Entretiens et documents Publications et ouvrages

Léandre Pourcelot est un pionnier des techniques d’imagerie employant des ultrasons. Il a continuellement inventé et perfectionné des dispositifs d’échographie-Doppler, utilisés notamment en obstétrique, dans les maladies cardiovasculaires chez l’adulte et en médecine des astronautes.

En novembre 1963, Léandre Pourcelot débute sa thèse de docteur-ingénieur à l’Institut national des sciences appliquées (INSA) de Lyon, sur la mesure du flux sanguin dans les vaisseaux, sujet difficile à l’époque. Il réalise alors le premier appareil européen à effet Doppler ultrasonore pour l'étude de la circulation sanguine. Celui-ci sera évalué dès la fin de 1964 en chirurgie vasculaire (professeur Jacques Descotes, faculté de médecine et hôpital Edouard-Herriot, Lyon et unité 37) et pour tester la débitmétrie dans les shunts artério-veineux des malades d’hémodialyse et dans les tubulures de rein artificiel (professeur Jules Traeger, hôpital de l'Antiquaille, Lyon, unité Inserm 80). La commercialisation de l’appareil sera réalisée par la Société Delalande Electronique, créée en 1968 en collaboration entre le laboratoire pharmaceutique Delalande et Léandre Pourcelot.

Léandre Pourcelot rejoint l’équipe de biophysique et médecine nucléaire de Thérèse Planiol à Tours en 1968 et devient professeur de biophysique en 1978 au CHU de Tours. A partir de 1970, il mène des études de médecine, en même temps que son activité d’enseignement, de recherche et de travail hospitalier, et se spécialise en médecine nucléaire. En continuant ses recherches sur l'échographie Doppler, il définira l'"index de résistance" ou "index de Pourcelot" dans les années 1970. Cet index permet de juger de la qualité de la circulation sanguine dans les artères et fait toujours partie des examens pratiqués pendant la grossesse et dans les pathologies vasculaires du cerveau, du rein,…. Son équipe de recherche à Tours et celle de Klaas Bom à Rotterdam sont les premières au monde à mettre au point, quasi-simultanément, le premier échographe en temps-réel (1972-1973), basé sur le balayage électronique de barrette linéaire de transducteurs. Cet échographe permet de visualiser en dynamique les structures vasculaires et cardiaques.

 Il est également l'un des pionniers pour la focalisation électronique des sondes d’échographie et la mise au point duDoppler couleur, en 1976.

Dans le service d’explorations fonctionnelles créé par Thérèse Planiol en 1968 au CHU Bretonneau à Tours, il travaille en collaboration étroite avec les services de neurologie, cardiovasculaire et gynécologie obstétrique. Il montre l’intérêt de l’échographie à balayage électronique pour visualiser le fœtus in utero, comme outil essentiel pour le suivi médical de la grossesse. Connaissant la situation sanitaire terrible des femmes qui avaient des complications suite à des avortements clandestins, il se montre favorable dès le départ à l’application de la loi Veil et collabore avec les médecins du centre IVG pour les aider dans la prise en charge des patientes et le diagnostic médical avant ou après l’interruption volontaire de grossesse.

Léandre Pourcelot devient directeur de l’unité de recherche Inserm 316 "Le système nerveux du fœtus à l'enfant" de 1988 à 2003. Il étudie la circulation, le développement et le métabolisme du système nerveux du fœtus, du nouveau-né et de l’enfant, et aidera également au développement des recherches sur l’autisme et le retard mental.

Il est également renommé pour ses expériences dans le domaine de la physiologie des astronautes. De 1979 à 1982, avec son équipe, il met au point, en collaboration avec le centre national d'études spatiales (CNES) et Matra, le premier appareil d'échographie Doppler pour l'étude du système cardiovasculaire des astronautes. Cet appareil sera utilisé en 1982 par le cosmonaute français Jean-Loup Chrétien à bord de la station orbitale soviétique Salyout 7, puis par Oleg Atkov, cardiologue et membre de l'équipage soviétique commandé par Leonid Kizim, lors du record du monde de séjour en apesanteur de 237 jours en 1984. Cet appareil sera embarqué ensuite sur la navette spatiale américaine, à l'occasion du vol de Patrick Baudry en 1985. Un second échographe-Doppler, nommé "As de Cœur", sera développé et utilisé à bord de la station orbitale Mir de 1988 à 1999. Pour les missions spatiales de longue durée de mars 1995 et 1996, son équipe mettra au point un appareil de mesure de la densité osseuse par ultrasons. Un appareil commercialisé qui pourra, sur la terre ferme, améliorer le diagnostic et le traitement de l'ostéoporose.

En parallèle de ses activités d’ingénieur et de médecin, Léandre Pourcelot crée et développe plusieurs entreprises, Delalande Électronique, Vermon SA, Ultrasons Technologies, spécialisées dans la production d’appareils électroniques à ultrasons. Par ailleurs, il a co-fondé et anime la Fondation Thérèse et René Planiol pour l’étude du cerveau, qui a pour objectif scientifique et médical d’aider à la formation de jeunes chercheurs et à la poursuite de recherches dans le domaine de l'exploration cérébrale.

Voir Modifier Créer ici
Facebook Twitter Google+ Linkedin Viadeo Delicious StumbleUpon Evernote Scoop it Netvibes