toggle
ICON
Haut de page
Taille du texte
Ajouter au favoris
Imprimer
Envoyer à un ami
Partager

Laurent Degos

Médecin immuno-hématologue, cancérologue et généticien, né le 9 juillet 1945

Présentation Biographie Entretiens et documents Publications et ouvrages

A la fin des années 1960, Laurent Degos, durant son internat travaille d’abord avec Jean Dausset sur la génétique du système majeur d’histocompatibilité HLA. Ces travaux de génétique formelle et de génétique des populations contribuent à montrer la dispersion des fréquences des allèles HLA et à décrire les marques génétiques des migrations humaines. De nombreuses recherches ont mis également en évidence les relations entre HLA et maladies et aidé à la meilleure connaissance du système HLA.

Il décrit, pour la première fois, les molécules plaquettaires déficientes dans la thrombasthénie de Glanzmann et dans la maladie de Bernard Soulier, qui sont des thrombopathies constitutionnelles à l’origine de syndromes hémorragiques. Ses travaux ont permis la description moléculaire des glycoprotéines plaquettaires, qui sont devenues, notamment, les cibles de certains médicaments contre la thrombose. Une contribution majeure des recherches de Laurent Degos concerne le traitement des leucémies par différentiation de la cellule maligne et le traitement ciblé sur l’événement oncogénique.

En 1982, Laurent Degos est à l’origine des premiers traitements par différenciation de la cellule maligne chez l’homme, en utilisant des faibles doses de cytosine arabinoside. Mais, surtout, avec ses collaborateurs, il montre l’effet spécifique de l’acide tout trans-rétinoïque sur la différentiation des cellules malignes dans les leucémies aiguës promyélocytaires. Ce dérivé n’étant pas commercialisé dans les pays occidentaux, sa collaboration avec l’hématologue Zhen-Yi Wang, de l’université de médecine de Shangaï, a permis que l’acide tout trans-rétinoïque soit fabriqué en Chine. Les premiers résultats sur des patients chinois, rapportés en 1988, et les travaux français publiés en 1990 montrent des taux de rémissions complètes proches de 100 %.

De 1990 à 1995, Laurent Degos et ses collaborateurs caractérisent le défaut moléculaire à l’origine de la malignité. Ces travaux vont permettre de comprendre l’effet réparateur de l’acide tout trans-rétinoïque dans la leucémie aiguë promyélocytaire. Cet effet constitue le premier modèle de traitement par différenciation de la cellule maligne acquise. Cette nouvelle voie de traitement des maladies malignes sera suivie par la mise au point de médicaments contre la prolifération. Ces travaux ont également ouvert la voie aux traitements épigénétiques (l’épigénétique désigne l’étude des influences de l’environnement cellulaire ou physiologique sur l’expression de nos gènes).

L’œuvre scientifique de Laurent Degos, chef du service clinique des maladies du sang et directeur d’une unité de recherche Inserm à l’hôpital Saint-Louis, illustre parfaitement le continuum entre la recherche fondamentale et la recherche clinique dans les champs de l’immuno-hématologie et de la cancérologie. Laurent Degos a joué un rôle majeur par ses recherches sur la réversibilité de la cellule cancéreuse et son application dans le traitement des leucémies.

Voir Modifier Créer ici
Facebook Twitter Google+ Linkedin Viadeo Delicious StumbleUpon Evernote Scoop it Netvibes