toggle
ICON
Haut de page
Taille du texte
Ajouter au favoris
Imprimer
Envoyer à un ami
Partager

Joseph Emmerich

Cardiologue et médecin vasculaire, né le 22 septembre 1960

Présentation Biographie Entretiens et documents Publications et ouvrages

Publié le 26 avril 2019

Le professeur Joseph Emmerich est cardiologue et médecin vasculaire. Ses activités cliniques concernent la prise en charge des maladies vasculaires, et celles de recherche portent sur la génétique et l’épidémiologie de la thrombose.

Joseph Emmerich a travaillé à l’hôpital Broussais, à l’hôpital européen Georges-Pompidou (HEGP), à l’Hôtel-Dieu de Paris, puis dans le service de médecine vasculaire de l’hôpital Saint-Joseph. En tant que clinicien, il est spécialisé dans la prise en charge de l’ensemble des pathologies vasculaires, notamment : de la maladie thrombo-embolique veineuse, de l’artériopathie oblitérante des membres inférieurs, de maladies rares comme la maladie de Buerger, la maladie de Takayasu, le syndrome d’Ehlers-Danlos vasculaire, etc. Une partie de ses travaux de recherche clinique est également dédiée à la thérapie cellulaire de l’ischémie critique des membres inférieurs (artériopathie sévère). Avec un réseau français, il a ainsi participé à l’élaboration d’une étude randomisée qui en a démontré un bénéfice sur la cicatrisation.

Génétique et épidémiologie de la thrombose

Les premiers travaux de recherche de Joseph Emmerich ont porté sur l’athérosclérose, ainsi que sur le métabolisme des lipides et des statines. Il travaillait alors au sein de l’unité de recherche Inserm 32 "Dyslipidémies et athérosclérose", dirigée par Bernard Jacotot à l’hôpital Henri-Mondor, puis dans le laboratoire "Molecular Disease Branch" dirigé par H Bryan Brewerau sein des National Institutes of Health américains. Il s’est ensuite consacré à la thrombose et à l’épidémiologie du risque thrombotique, ainsi qu’à la biologie moléculaire de la thrombophilie, auprès de Martine Aiach à  l’hôpital Broussais, puis dans l’unité 428, que celle-ci dirigeait à la faculté de pharmacie à Paris.

Son approche initiale reposait sur l’observation des relations structure-fonction des inhibiteurs de la coagulation – notamment des serpines. Il a ensuite conduit deux études épidémiologiques – Pathros et Farive –, qui ont révélé de nouveaux facteurs de risque et permis de mieux comprendre le rôle de facteurs génétiques dans la maladie thrombo-embolique veineuse et artérielle. Ces études épidémiologiques ont été réalisées en association avec les collaborateurs de l’unité Inserm 765 et avec Frits Rosendaal (université de Leiden, Pays-Bas), Ted Bovill (université du Vermont, États-Unis), Pierre Morange (unité Inserm 1062) et David Trégouët (unité Inserm 1166); au sein de deux réseaux de la Fondation Leducq à partir de 2004 : Leducq International Network Against Thrombosis (LINAT) et Leducq Transatlantic Network of Excellence on Atherothrombosis Research (LENA).

À côté de ses activités cliniques et de recherche, Joseph Emmerich s’est tourné depuis 2012 vers la santé publique. D’abord à la tête d’une direction de l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM), puis comme membre du comité des médicaments à usage humain au sein de l’Agence européenne du médicament (EMA). Depuis 2018, il poursuit ses activités de recherche clinique au sein du service de médecine vasculaire de l’hôpital Saint-Joseph et de l’unité Inserm 1153 d’épidémiologie et statistique, dirigée par Philippe Ravaud, à l’hôpital de l’Hôtel-Dieu.

Voir Modifier Créer ici
Facebook Twitter Google+ Linkedin Viadeo Delicious StumbleUpon Evernote Scoop it Netvibes