toggle
ICON
Haut de page
Taille du texte
Ajouter au favoris
Imprimer
Envoyer à un ami
Partager

Jessica Zucman-Rossi

Médecin chercheur en cancérologie, née le 2 mars 1964

Présentation Biographie Entretiens et documents Publications et ouvrages

Jessica Zucman-Rossi, Prix Recherche Inserm 2012 6 COPYRIGHT Inserm, V. Capman

Jessica Zucman-Rossi, Prix Recherche Inserm 2012

Les travaux de Jessica Zucman-Rossi portent sur l’identification et la compréhension du rôle des altérations des gènes dans les tumeurs humaines, notamment les tumeurs du foie.

Pendant sa thèse dans les années 1990, dans le laboratoire de Gilles Thomas à l’Institut Curie, elle a participé à des travaux précurseurs qui ont permis d’identifier les gènes responsables des tumeurs d’Ewing et de la neurofibromatose de type 2. Jessica Zucman-Rossi a ensuite effectué un travail pionnier sur les altérations de gènes dans les tumeurs bénignes et malignes du foie. En utilisant les techniques actuelles de biologie moléculaire et en confrontant les résultats avec les données cliniques et anatomopathologiques, l'équipe a pu identifier un nouveau gène suppresseur de tumeur (HNF1A) et un oncogène (gp130 un membre de la famille des récepteurs à l'interleukine 6) dans les adénomes hépatocellulaires. De manière intéressante, l'analyse conjointe des mutations géniques et des profils d'expression des gènes (transcriptome) d'adénomes et de carcinomes hépatocellulaires ont permis d'établir les premières classifications moléculaires des tumeurs du foie. Ces résultats, internationalement reconnus dans la communauté scientifique, ce sont révélés très importants pour décrire l’histoire naturelle de ces pathologies (nouveaux facteurs de risque et marqueurs pronostiques), ce qui a conduit a trouver rapidement des applications cliniques pour améliorer la prise en charge des patients.

Le projet International Cancer Genome Consortium (ICGC) vise à séquencer des tumeurs de plusieurs milliers de patients afin de comprendre pour une cinquantaine de cancers différents, le rôle des altérations génétiques dans leur développement. Dans le cadre de ce projet et également du projet européen HEPTROMIC, la France mène, depuis 2009, un grand essai pilote sur le cancer du foie pour identifier les gènes prédictifs ou responsables du carcinome hépatocellulaire. Les travaux de l'équipe de Jessica Zucman-Rossi ont déjà révélé quatre gènes (ARID1A, RPS6KA3, IRF2 et NFE2L2) présentant des altérations fréquentes dans les tumeurs du foie, qui ont pour conséquence de déréguler des voies de signalisation normales à l'intérieur des cellules. Les recherches visent à préciser leur rôle en tant que nouveaux oncogènes ou gènes suppresseurs de tumeur.

Professeure de médecine à l’université Paris Descartes et directrice de l’unité Inserm "Génomique fonctionnelle des tumeurs solides", l’intérêt majeur de Jessica Zucman-Rossi est d’identifier et de valider de nouvelles cibles thérapeutiques utiles à la prise en charge des malades atteints d’une tumeur du foie. L'espoir est de pouvoir utiliser dans le futur de nouveaux médicaments ciblant ces altérations génétiques et, ainsi, améliorer et adapter le traitement des patients en fonction des anomalies génomiques identifiées dans leur tumeur, ce que l'on appelle parfois la médecine personnalisée.

Voir Modifier Créer ici
Facebook Twitter Google+ Linkedin Viadeo Delicious StumbleUpon Evernote Scoop it Netvibes