toggle
ICON
Haut de page
Taille du texte
Ajouter au favoris
Imprimer
Envoyer à un ami
Partager

Jean Thivolet

Médecin-chercheur dermatologue, 1926-2011

Présentation Biographie Entretiens et documents Publications et ouvrages


"Si on prend sur un individu B une greffe de peau et qu'on la met sur le brûlé A, cette greffe est rejetée. C'est l'allogreffe. Si on prend à cet individu sa propre peau, elle est parfaitement acceptée. C'est une autogreffe", disait Jean Thivolet, commentant sa première en 1985 au journal télévisé d'Antenne 2, accessible sur le site de l'Institut national de l'audiovisuel (Ina).


Médecin, enseignant et scientifique d’exception, Jean Thivolet a mené la dermatologie française au rang international.

Parallèlement à son activité de chef du service de dermatologie et de vénérologie de l’hôpital Edouard-Herriot, en précurseur visionnaire de l’évolution de la recherche médicale, il crée en 1977 un laboratoire d’immunopathologie cutanée, première unité Inserm de dermatologie. Cette interaction permanente entre la clinique et la recherche fera de cette unité l’une des plus performantes en recherche dermatologique mondiale et attirera des cliniciens et des chercheurs de toutes nationalités.

Les contributions de son équipe aux progrès des connaissances en immuno-dermatologie seront majeures, en particulier dans le domaine des cellules de Langerhans (modèle de cellule dendritique responsable de la mise en route des réactions immunes de la peau) et des maladies auto-immunes bulleuses, grâce aux anticorps monoclonaux en plein développement.

Jean Thivolet a été pionnier dans le domaine de la greffe de peau humaine, ses cultures de kératinocytes, cellules de l’épiderme, ayant permis des avancées majeures dans le traitement des grands brûlés, avec la première greffe de peau humaine réalisée sur des grands brûlés en 1985, à partir d’épiderme en culture, technique aujourd’hui largement utilisée. Ce résultat, repris partout en Europe, valut à l’unité la visite de Michèle Barzac, ministre de la Santé.

Il a en outre été à l’avant-garde dans la compréhension et le traitement de maladies comme le psoriasis et le lupus. Il a enfin été l'un des premiers à comprendre le lien existant entre le syndrome de Kaposi, un type de cancer de la peau, qui frappait particulièrement les homosexuels infectés par le VIH, et l'écroulement du système de défense immunitaire.

Jean Thivolet s’est impliqué dans la gouvernance de la dermatologie mondiale. Il a été membre du comité de direction de la Ligue internationale des sociétés de dermatologie et de la Fondation internationale de dermatologie.

Son cours de biologie de la peau, désormais intitulé les “Journées d’études Jean-Thivolet” et organisé chaque année, fait encore aujourd’hui autorité.

Voir Modifier Créer ici
Facebook Twitter Google+ Linkedin Viadeo Delicious StumbleUpon Evernote Scoop it Netvibes