toggle
ICON
Haut de page
Taille du texte
Ajouter au favoris
Imprimer
Envoyer à un ami
Partager

Jean-Pierre Bonvalet

Médecin, biologiste, néphrologue, Né le 13 avril 1937

Présentation Biographie Entretiens Publications et ouvrages

Les recherches de Jean-Pierre Bonvalet ont porté essentiellement sur la compréhension des mécanismes assurant la régulation d'un acteur majeur de la stabilité du milieu intérieur (homéostasie) : le bilan sodé de l'organisme. Tout naturellement, cela l'a conduit à axer son travail sur le rein, où s'effectue le réglage précis de l'excrétion urinaire de sodium, et sur l'aldostérone, hormone gouvernant cette excrétion, tant en situation physiologique normale qu’en diverses situations pathologiques, notamment, dans l'hypertension artérielle.

Un aperçu de ses travaux antérieurs éclaire les recherches de Jean-Pierre Bonvalet sur ce thème. En 1965, sous la direction de Pierre-Yves Hatt, un de ses premiers articles montre que l'hyperpression ventriculaire induit une synthèse protéique dans les oreillettes cardiaques : 20 ans plus tard, il est apparu que cette synthèse est celle du facteur natriurétique auriculaire, qui régule justement l’homéostasie du sodium... Dans les années 1970, avec Ch de Rouffignac, dans le laboratoire de F Morel, Jean-Pierre Bonvalet et ses collaborateurs développent une technique originale, qui permet d'établir la distribution des filtrations de chacun des 30 000 néphrons de rein de rat en situations physiologique et pathologique, sujet largement débattu à cette époque et faisant l'objet de spéculations plus ou moins hardies.

Avec Nicolette Farman et A Vandewalle, menant leurs recherches sur l'hypertension artérielle, ils abordent les dérèglements de l'excrétion rénale de sodium. Et, en 1978, à contre courant des idées alors en cours, ils démontrent que, chez le rat spontanément hypertendu, il existe un défaut rénal, primaire, d'excrétion de sodium. Depuis, cette notion est devenue presque "classique", s'insérant dans la fameuse théorie de Guyton sur la pathogénie de l'hypertension artérielle. Elle sous-tend de nombreuses recherches qui ont été menées sur les défauts génétiques de transporteurs de sodium dans cette pathologie.

On sait depuis plus de 50 ans que l'aldostérone se charge de l'ajustement précis de l'excrétion de sodium dans les parties terminales du néphron. Malgré les travaux pionniers d'Edelman, les mécanismes d'action cellulaire de cette hormone étaient très peu connus. Jean-Pierre Bonvalet et ses collaborateurs se sont attaqués à cette question.

Ensuite, Jean-Pierre Bonvalet s’implique dans deux activités en développement :

Voir Modifier Créer ici
Facebook Twitter Google+ Linkedin Viadeo Delicious StumbleUpon Evernote Scoop it Netvibes