toggle
ICON
Haut de page
Taille du texte
Ajouter au favoris
Imprimer
Envoyer à un ami
Partager

Jean-Jacques Bernier

Médecin, gastroentérologue (1921-2015)

Présentation Biographie Publications et ouvrages

Jean-Jacques Bernier - © Inserm, M. Depardieu

Jean-Jacques Bernier

Les travaux de Jean Bernier ont porté sur les maladies digestives, notamment intestinales, avec l’objectif d’en comprendre les mécanismes et les symptômes.

En 1948, jeune interne, il traite avec succès une patiente atteinte d’anurie, par dialyse du péritoine, avancée médicale remarquable au plan européen. Les années suivantes, il achève la mise au point de la dialyse dans le service hospitalier de Maurice Dérot, un des pionniers français de la néphrologie.

Après sa thèse qui portait sur la physiologie de la sécrétion gastrique, Jean-Jacques Bernier va entamer, de 1956 à 1960, des recherches sur la physiopathologie delarectocolite hémorragique avec l’équipe d’André Lambling, à l’hôpital Bichat. Il réalise, avec Nicole Vidon, la dissection isotopique, méthode qui permet de déterminer la composition du corps humain vivant. Il mène ensuite de nombreuses études sur la physiologie de l’absorption des glucides et des électrolytes dans l’intestin grêle, ainsi que sur l’effet des hormones digestives sur cette absorption. En 1967, il décrit le cancer médullaire du corps thyroïde avec diarrhée, puis individualise le concept de diarrhée motrice. Il étudie les malabsorptions intestinales des nutriments. En 1968, il découvre, avec Jean-Claude Rambaud, la maladie des chaînes lourdes alpha. La même année, il met au point des méthodes d’étude de la vidange gastrique au cours de la digestion chez l’homme, méthodes dont les développements ont permis d’établir les bases de l’intégration des fonctions digestives humaines dans les années 1970-1980.

Enfin, dans les années 1980, il met au point, avec ses collaborateurs, des tests de détection des pertes de protéines dans l’intestin (méthode de référence internationale).

De nombreux hospitalo-universitaires français et étrangers ont participé aux travaux de recherche et aux travaux clinique de Jean-Jacques Bernier. Jean-Claude Rambaud en est le modèle ; il était l’adjoint hospitalier et dirigeait ses propres recherches, notamment sur les immunoglobulines intestinales et sur l’étude in situ de la microbiologie colique.

Voir Modifier Créer ici
Facebook Twitter Google+ Linkedin Viadeo Delicious StumbleUpon Evernote Scoop it Netvibes