toggle
ICON
Haut de page
Taille du texte
Ajouter au favoris
Imprimer
Envoyer à un ami
Partager

Jean-Didier Vincent

Neuro-endocrinologiste, né le 7 juin 1935

Présentation Biographie Entretiens et documents Publications et ouvrages

Jean-Didier Vincent a été l’un des importants artisans du développement de la neuro-endocrinologie, qui étudie les interactions entre les hormones et le système nerveux.

Des neurones du système nerveux central sécrètent des hormones qui, libérées dans le sang, agissent sur les organes périphériques, soit directement, soit par l’intermédiaire des hormones de l’hypophyse et des glandes endocrine qui agissent en retour sur le système nerveux. Il s’agit le plus souvent de substances de nature protéique (neuropeptides) qui existent également en dehors du cerveau, notamment dans l’appareil digestif.

Jean-Didier Vincent rapprochera les phénomènes hormonaux des événements comportementaux et des mécanismes neurophysiologiques qui les sous-tendent. Il s'agit d'une physiologie "de milieu", c'est-à-dire qu’il ne s’agit pas d'événements physiologiques isolés réductibles à leur seule apparence phénoménale, mais que ceux-ci doivent être replacés dans la durée et dans leur environnement extracorporel, conduisant au concept d'état central fluctuant.

Il a mis en évidence l'action modulatrice de certaines hormones sur l'activité cérébrale et sur les mécanismes nerveux de fonctions telles que la faim, la soif, la reproduction, le sommeil, etc. Il a démontré que les osmo-récepteurs cérébraux n'étaient pas situés dans les noyaux neuro-sécréteurs, mais dans la région antérieure de l'hypothalamus au contact de la paroi ventriculaire.

Dépassant les frontières classiques entre système nerveux et hormones, Jean-Didier Vincent a montré que certaines cellules endocrines, de l'hypophyse notamment, partageaient avec les neurones les mêmes propriétés d'excitabilité électrique. Grâce à la mise au point de techniques d'électrophysiologie moléculaire et de modèles animaux, il a étudié la diversité des mécanismes régulateurs et de transduction des signaux au niveau des membranes, l'action modulatrice des stéroïdes sexuels et surrénaliens et comment ces actions s'intègrent à l'ensemble des fonctions adaptatives d'un organisme vivant. Il a étudié les mécanismes de l'exocytose et notamment le rôle des protéines G de la famille Rab3 dans le contrôle de la libération des neuro-hormones, ainsi que la phylogenèse des récepteurs nerveux de la dopamine et, plus généralement, des monoamines. Il a proposé, d'après un ensemble de données comparatives, une série de mécanismes évolutifs aboutissant à l'installation chez les vertébrés d'un système noradrénergique associé aux capacités nouvelles de type motivationnel caractéristiques de ces espèces.

Parallèlement à son travail de chercheur et d'enseignant, Jean-Didier Vincent a écrit de nombreux ouvrages, qui ont trouvé un large lectorat. Il a également participé à une réflexion sur l'éthique des sciences dans le cadre de plusieurs comités nationaux et internationaux et à l'organisation des programmes d'enseignement à l'école et au lycée, au niveau du conseil national des programmes, dont il a assuré la présidence.

Voir Modifier Créer ici
Facebook Twitter Google+ Linkedin Viadeo Delicious StumbleUpon Evernote Scoop it Netvibes