toggle
ICON
Haut de page
Taille du texte
Ajouter au favoris
Imprimer
Envoyer à un ami
Partager

Jean-Claude Dreyfus

Médecin biochimiste et généticien (1916-1995)

Présentation Biographie Documents Publications et ouvrages

Scientifique de tout premier plan, Jean-Claude Dreyfus fut, avec son ami et alter ego Georges Schapira, le père co-fondateur de l’école française de génétique moléculaire. Biochimiste et généticien parmi les plus novateurs de sa génération, il s’est notamment consacré aux maladies génétiques de l’enfant, associées à des troubles musculaires et à des anomalies du métabolisme. Il a perçu très tôt que les méthodes issues du génie génétique allaient permettre d’en identifier directement les mutations géniques responsables.

Les premiers travaux de Jean-Claude Dreyfus, menés en collaboration avec Georges et Fanny Schapira, portent sur le métabolisme du fer et sur les maladies musculaires, myopathies et atrophies neurogènes. Ses travaux sur l'hémochromatose (maladie provoquant l’accumulation de fer dans l’organisme) permettent de préciser la transmission héréditaire de cette affection et de développer de nouveaux tests diagnostiques. Il étudie également la biosynthèse de l'hémoglobine avec Jacques Kruh et fait d'importantes observations sur les maladies moléculaires de l'hémoglobine (sujet qui sera poursuivi par Dominique Labie et Jean Rosa).

Jean-Claude Dreyfus et ses collaborateurs découvrent les résurgences d'iso-enzymes fœtales dans le cancer, progrès considérable qui attire, pour la première fois, l'attention sur les relations entre le programme génétique de différenciation et la cancérisation. Bien plus tard, ce type d'analyse sera appliqué à l'étude du vieillissement.


Fait remarquable, ayant pris sa retraite en 1984, Jean-Claude Dreyfus était resté très proche de la grande révolution que vit la génétique moléculaire. Sa mémoire prodigieuse et son étonnante capacité à assimiler les découvertes les plus récentes trouvèrent tout naturellement à s’employer au service de la revue médecine/sciences, fondée et animée par Axel Kahn, son dernier élève et légataire scientifique, auquel il était attaché par une relation privilégiée. Extrait de l’hommage rendu à Jean-Claude Dreyfus par Jean-Claude Kaplan - Comptes Rendus de la Société de biologie 189, 489-491, 1995.


L'essentiel de l'œuvre scientifique de Jean-Claude Dreyfus est consacré aux maladies enzymatiques héréditaires. Son activité dans ce domaine recouvre les glycogénoses, les maladies lysosomiales, les déficits enzymatiques érythrocytaires et, avec Fanny Schapira, les affections du métabolisme du fructose et du galactose. Avec Georges et Fanny Schapira, il introduit, en France, une grande partie des techniques enzymatiques utilisées en biochimie clinique et créé, en 1973, le premier laboratoire français de détection prénatale des maladies métaboliques, aidé en cela par Joëlle et André Boué et par Yves Dumez, pionnier des techniques de prélèvement de tissu fœtoplacentaire en France.

Sur le plan théorique, Jean-Claude Dreyfus analyse, dès 1968 et avec une étonnante lucidité, les conditions de l'application aux maladies génétiques humaines des concepts de la génétique bactérienne définis en 1961 par François Jacob et Jacques Monod.

Voir Modifier Créer ici
Facebook Twitter Google+ Linkedin Viadeo Delicious StumbleUpon Evernote Scoop it Netvibes