toggle
ICON
Haut de page
Taille du texte
Ajouter au favoris
Imprimer
Envoyer à un ami
Partager

Henri Sarles

Médecin, spécialiste du pancréas et des voies biliaires, 1922-2017

Présentation Biographie Publications

Les travaux d’Henri Sarles, internationalement reconnus, ont porté pour l’essentiel sur le pancréas et les voies biliaires.

Sans moyens, dans une ville sous-développée comme l’était Marseille à la fin des années 1940, Henri Sarles commence ses recherches par l’étude statistique simple de cas avérés de pancréatites. Il démontre, pour la première fois, que les pancréatites aiguës, causes présumées des pancréatites chroniques par leur répétition, surviennent en moyenne 15 ans après celles-ci, ce qui infirmait ce qui était admis jusque là.

Par ailleurs, des études morphologiques et statistiques des lésions lui permettent de montrer que la première lésion de la pancréatite chronique la plus fréquente, c’est-à-dire la pancréatite chronique calcifiante, est la précipitation dans les canaux pancréatiques, d’une glycoprotéine. Cette dernière est découverte, purifiée et séquencée dans son laboratoire. D’abord appelée PSP puis lithostathine, cette glycoprotéine, est diminuée ou, plus rarement, absente dans le suc pancréatique des malades atteints de pancréatites chroniques calcifiantes. La lithostathine joue un rôle prépondérant dans la stabilisation du calcium dans le suc pancréatique, rôle qui est précisé par Henri Sarles et ses collaborateurs. D’autres facteurs causant la précipitation de la lithostathine sont observés dans le suc pancréatique des patients. Les causes les plus fréquentes dont les lésions sont identiques sont doubles. Il s’agit de l’alcoolisme associé à un régime riche en protides et en lipides - dont la relation statistique avec le risque de la maladie a été calculée - et de la carence protéique de la mère en gestation et de l’enfant. Ces facteurs ont été étudiés expérimentalement chez le chien et le rat, et chez l’homme dans 17 pays en Asie Afrique et Europe.

Des études physiologiques ont démontré, pour la première fois, l’existence d’un mécanisme inhibiteur de la sécrétion pancréatique.

Les recherches d’Henri Sarles et de ses collaborateurs ont donc toujours été menées à partir de constatations cliniques et/ou physiologiques, passées au crible d’analyses statistiques, puis étudiées par les techniques morphologiques ou biochimiques adaptées.

Henri Sarles a eu plus d’une cinquantaine d’élèves étrangers et six professeurs nord-américains ont passé leurs années sabbatiques dans son laboratoire.

Voir Modifier Créer ici
Facebook Twitter Google+ Linkedin Viadeo Delicious StumbleUpon Evernote Scoop it Netvibes