toggle
ICON
Haut de page
Taille du texte
Ajouter au favoris
Imprimer
Envoyer à un ami
Partager

Georges Schapira

Médecin chercheur biochimiste (1912-2003)

Présentation Biographie Entretiens et documents Publications et ouvrages

Georges Schapira est le fondateur de l'école française de pathologie moléculaire humaine. Il a, en outre, été un personnage clé de la réorganisation de la biochimie médicale française.

Il mène ses premiers travaux sur la chimie de l'adrénaline et de ses dérivés dans le laboratoire du biochimiste Gabriel Florence, à Lyon. A la fin de la guerre, il rejoint Robert Debré à l’hôpital Necker - Enfants malades, à Paris. Celui-ci va trouver en Georges Schapira, qui avait été son interne, la personnalité qu'il cherchait pour implanter à l'hôpital une recherche biochimique centrée sur la pathologie pédiatrique.

Intéressé par l’étude des maladies héréditaires de l’enfant, en particulier musculaires et hématologiques, Georges Schapira s’attelle au projet dans un esprit totalement novateur consistant à envisager la physiopathologie des maladies sous l’angle moléculaire.


L’école Schapira
"Au lendemain de la guerre, Robert Debré avait confié à son ancien interne, Georges Schapira, la mission de fonder un laboratoire de recherche sur les maladies pédiatriques. C’est là, dans les locaux vétustes du Pavillon Archambault de l’hôpital des Enfants malades, qu’est né ce qui devait devenir "l’école Schapira". Le noyau fondateur comportait, autour du patron, Fanny Schapira son épouse, Jean-Claude Dreyfus, son alter ego, plus jeune de cinq ans, et Jacques Kruh, plus jeune de dix ans. Ils étaient tous médecins et biochimistes et ils avaient compris l’importance de la biologie moléculaire naissante pour la médecine. Dans le labo Schapira régnait une ambiance extraordinaire. On y suivait de très près l’actualité biologique la plus fondamentale, qui à l’époque n’était rien moins que la découverte de l’ARN messager, le déchiffrage du code génétique, l’élucidation des mécanismes de la traduction… À travers les liens de collaboration et d’amitié qui les unissaient aux chercheurs de l’Institut Pasteur (Jacques Monod, François Jacob, Élie Wollmann, François Gros etc..), les quatre mousquetaires collaient littéralement aux progrès de la biologie moléculaire, dont les modèles d’étude étaient les procaryotes. Mais, très courageusement ils tentaient de transposer celle-ci à leur modèle de prédilection : l’homme. À l’époque, personne d’autre en France n’avait adopté une attitude aussi visionnaire, en créant un champ nouveau pour la médecine, celui de la pathologie moléculaire…. »
In Entretien avec Jean-Claude Kaplan de Jean-François Picard, Paris, 2003.


C'est dans le contexte de ces découvertes que Georges Schapira et le noyau de ses premiers collaborateurs, Fanny Schapira son épouse, Jean-Claude Dreyfus et Jacques Kruh, commencèrent leurs recherches. Convaincus que les processus pathologiques pouvaient s'interpréter en termes moléculaires, ils s'entourèrent de biologistes avec un double cursus, médical et scientifique tels que Jean Rosa, Dominique Labie et Jean-Claude Kaplan ;

Cette volonté de fusion entre médecine et science était favorisée par la situation géographique du laboratoire rattaché à la chaire de pédiatrie de l’hôpital Necker - Enfants malades, permettant ainsi une recherche médicale intégrée, telle que la concevait Robert Debré et qui trouvera son aboutissement dans la création des CHU en 1958, avec la triple fonction, hospitalière, universitaire et de recherche.

Longue est la liste des nombreux médecins-biologistes issus du creuset de l’équipe Schapira (Georges et Fanny, Jean-Claude Dreyfus, Jacques Kruh).

On peut citer les personnalités suivantes, mentionnées dans l’ordre chronologique de leur arrivée dans le laboratoire : Jean Rosa, Jean Démos, Dominique Labie, Raymond Sadi, Prudent Padieu, Jean-Claude Kaplan (1961), Axel Kahn (1974), Livia Poenaru, Claudine Junien, Bernard Dastugue, Marc Delpech, Jamel Chelly, Chérif Beldjord, Christiane Guillouzo, Antoinette Hatzfeld, Yves Nordmann, Jacques Elion, Jean Delaunay, Gérard Gacon, Dominique Daegelen, Jacques Hanoune, Jacques Jami.

Voir Modifier Créer ici
Facebook Twitter Google+ Linkedin Viadeo Delicious StumbleUpon Evernote Scoop it Netvibes