toggle
ICON
Haut de page
Taille du texte
Ajouter au favoris
Imprimer
Envoyer à un ami
Partager

François Alhenc-Gelas

Médecin, chercheur, spécialiste de médecine cardiovasculaire, né le 14 décembre 1948

Présentation Biographie Publications et ouvrages

Les travaux de François Alhenc-Gelas concernent les systèmes peptidiques vasomoteurs, rénine-angiotensine (SRA) et kallicréine-kinine (SKK), et leur rôle dans le fonctionnement des artères, du cœur et du rein, et dans les maladies touchant ces organes.

La physiologie de la circulation sanguine est un déterminant critique du fonctionnement des organes et de l’homéostasie. Les dérèglements circulatoires entrainent la dégénérescence et la mort tissulaire et sont la première cause de mortalité prématurée dans le monde développé et en développement. Les maladies cardiovasculaires se manifestent initialement par des altérations de la vasomotricité artérielle, qui conduisent à l’artériosclérose, l’athérosclérose, l’obstruction artérielle et, in fine, à l’ischémie et à la nécrose tissulaire. L’étude des phénomènes précoces de dérégulation des fonctions artérielles est un abord pertinent de la physiopathologie des maladies cardiovasculaires. Une hypothèse est que le développement de ces maladies est en partie lié à une activité inappropriée (en gain ou en perte) à l’homéostasie circulatoire de certains systèmes extrinsèques de contrôle de la vasomotricité, système nerveux sympathique, système rénine-angiotensine, et système kallicréine-kinine. Tester cette hypothèse implique de bien connaître l’organisation moléculaire, la régulation et les actions physiologiques de ces systèmes avant d’en étudier les dérèglements.

Ces concepts ont conduit François Alhenc-Gelas à mener à la fois des travaux de biochimie et de physiologie des régulations, fondés en grande partie sur les techniques de biologie moléculaire, et des travaux cliniques. Ceux-ci lui ont permis de décrire la structure d’enzymes-clefs en physiologie vasculaire, et de leurs gènes, telle l'enzyme de conversion de l’angiotensine ou kininase II (ECA) et de découvrir ses deux sites actifs, et la kallicréine. Il a également documenté la double organisation endocrine et paracrine du système rénine-angiotensine et du système kallicréine-kinine et montré l’importance insoupçonnée de ce dernier en physiologie artérielle Avec son équipe, il a mis en évidence les effets protecteurs du système kallicréine-kinine contre les conséquences tissulaires de l’ischémie ou de l’hyperglycémie et les effets délétères d’une activité constitutive élevée de l'enzyme de conversion de l’angiotensine dans ces circonstances pathologiques.

François Alhenc-Gelas a particulièrement développé la notion de variabilité inter-individuelle dans l’activité des systèmes peptidiques vasomoteurs. Il a étudié les mécanismes de cette variabilité qui sont souvent, mais pas toujours, de nature génétique, ses conséquences physiologiques et son association avec le risque d’apparition des maladies et leur pronostic. Les traits humains quantitatifs ont été reproduits chez la souris par manipulation génétique, pour établir les rapports de causalité au-delà des observations d’association, seules possibles dans les études cliniques. Ces études cliniques et leur prolongement expérimental ont montré que l'enzyme de conversion de l’angiotensine et son déterminisme génétique jouent un rôle dans l’apparition et la progression des maladies vasculaires dégénératives cardiaques et rénales, en particulier au cours du diabète. Ces observations ont contribué à populariser l’étude de traits génétiques quantitatifs dans la physiopathologie des maladies multifactorielles.

Le diabète sucré est devenu la première cause identifiée de cardiopathie ischémique et d’insuffisance rénale chronique dans le monde. Les mécanismes des effets vasculaires délétères de l’hyperglycémie chronique demeurent cependant largement incompris. François Alhenc-Gelas et ses collaborateurs se sont intéressés à ce sujet à la suite de leurs observations princeps liant l’activité de l'enzyme de conversion de l’angiotensine, ou la déficience du système kallicréine-kinine, au développement des complications cardiovasculaires et rénales du diabète, chez l’homme et chez la souris. La thérapeutique des maladies ischémiques et diabétiques est maintenant abordée par le développement d’agonistes pharmacologiques du système kallicréine-kinine.

Voir Modifier Créer ici
Facebook Twitter Google+ Linkedin Viadeo Delicious StumbleUpon Evernote Scoop it Netvibes