toggle
ICON
Haut de page
Taille du texte
Ajouter au favoris
Imprimer
Envoyer à un ami
Partager

Dominique Emilie

Médecin, chercheur en immunologie (1955-2011)

Présentation Biographie Publications

Publié le 5 octobre 2018

Dominique Émilie a étudié le rôle des chimiokines en immunopathologie humaine dans une perspective thérapeutique. Grâce à l'intégration de ses recherches en milieu hospitalier, ce brillant immunologiste a su conjuguer des approches fondamentales innovantes et leurs prolongements cliniques.

 
Étudier un nouveau champ d’action pour les cytokines 

À la fin des années 1980, alors que les chercheurs découvrent un nombre croissant de cytokines, Dominique Émilie comprend que le champ d’action de ces nouveaux médiateurs du système de défense déborde largement le domaine de l’immunologie.
 
Il dépasse les approches réductionnistes de l’époque, pour aborder également les phénomènes en jeu dans un organisme entier. Il est le premier à s’être donné les moyens d’analyser la production des cytokines en immuno-pathologie humaine, au site même de la réaction immunitaire.

À partir de 1987, alors chef de clinique-assistant dans le service de Jean Dormont à l’hôpital Antoine-Béclère à Clamart, il comprend l'importance du profil d'expression des cytokines in vivo, dans leur dimension histopathologique.

Des travaux pionniers sur les chimiokines
 
Dominique Émilie entre à l’Inserm en 1989. Dans les années 1990, il crée et anime une équipe de recherche au sein de l’unité de Pierre Galanaud, avant de diriger sa propre unité  à partir de 2006.

Il mène alors des travaux pionniers sur les chimiokines, une classe de cytokines capable d’orienter la migration cellulaire et, donc, de réguler les réponses immunitaires. Il étudie notamment leurs fonctions dans la réponse lymphocytaire B et dans la qualité des relations entre un agent infectieux et son hôte. Les prolongements thérapeutiques potentiels de ces travaux vont des lympho-proliférations à l'auto-immunité et à la vaccinologie.

Animé par de multiples centres d'intérêt

Loin de se consacrer à un seul domaine, avec ses collaborateurs, Dominique Émilie s'est notamment intéressé :

Il s'est également investi dans les projets européens InnoChem, centré sur les rôles physiopathologiques des chimiokines, et ABIRISK dédié à la prédiction et l’analyse des risques liés aux anticorps anti-biomédicaments.

Dominique Emilie s’est également investi dans de nombreux projets collectifs dont les projets européens “InnoChem”, centré sur les rôles physiopathologiques des chimiokines, et “ABIRISK” dédié à la prédiction et l’analyse des risques liés aux anticorps anti-biomédicaments.

Il s’est aussi impliqué dans des projets développés dans le cadre des programme d'Investissements d'avenir, dont “FlowCyTech”, sélectionné à l’appel d’offres Equipex et visant à développer la technologie innovante de cytométrie de masse et le LabEx LERMIT ou laboratoire d’excellence en recherche sur le médicament et l’innovation thérapeutique.

Dominique Emilie était apprécié de tous, tant pour ses compétences professionnelles, qui faisaient de lui un expert nationalement et internationalement reconnu, que pour son honnêteté et sa générosité. Il a contribué à façonner la vie scientifique de générations d'étudiants et a suscité l'émergence de plusieurs jeunes équipes.

Voir Modifier Créer ici
Facebook Twitter Google+ Linkedin Viadeo Delicious StumbleUpon Evernote Scoop it Netvibes