toggle
ICON
Haut de page
Taille du texte
Ajouter au favoris
Imprimer
Envoyer à un ami
Partager

Daniel Scherman

Chercheur en biothérapies et imagerie médicale, né le 12 juillet 1953

Présentation Biographie Publications et ouvrages

Daniel Scherman est un spécialiste du développement de biotechnologies et de nanomatériaux pour la thérapie génique et l’imagerie biomédicale. Ses découvertes visent à donner naissance à des applications médicales diagnostiques et thérapeutiques, notamment pour lutter contre le cancer et les maladies génétiques, et pour la vaccination.

Au début de sa carrière, il a contribué à élucider le mécanisme de transport membranaire d’hormones et de neuromédiateurs. Par la suite, il s’est consacré à des approches permettant le transfert de gènes. Ses principaux travaux ont porté sur la thérapie génique utilisant des plasmides bactériens ou des oligonucléotides de synthèse. Ils concernent, en particulier, la purification et la biosécurité des ADN plasmidiques par l’invention des "minicercles" d’ADN et des "mini-plasmides" dénués de séquence de résistance aux antibiotiques. Daniel Scherman s’est, en outre, consacré à la découverte de procédés d’administration de ces ADN, via des vecteurs chimiques ou par l’utilisation de forces physiques, en particulier les champs électriques permettant l’électrotransfert intramusculaire ou intratumoral. Ces découvertes sont en phase de développement clinique par des industriels, dont les laboratoires Sanofi, Inovio Pharmaceuticals et Roche, en vue d’applications thérapeutiques et vaccinales. Les applications en développement clinique règlementaire concernent la thérapie angiogénique de l’artérite périphérique profonde (essai clinique de phase III TAMARIS par la société Sanofi-Aventis/Gencell), la vaccination génétique antitumorale contre les tumeurs de la prostate et du col de l’utérus liées aux virus du papillome humain (essai clinique de phase II), la vaccination génétique antivirale contre le virus de l’hépatite C (essai clinique de phase I), et la dégénérescence maculaire liée à l’âge et l’uvéite. Depuis début 2016, un essai clinique de phase I pour la thérapie anti-angiogénique de la dégénérescence maculaire liée à l’âge a été initié en Suisse et en Autriche, dans le cadre d’un projet européen.

Dans son effort pour développer des thérapies géniques ciblées in vivo, Daniel Scherman a également mis au point de nouveaux outils d’administration d’ARN interférents, qui permettent de diminuer la production de protéines spécifiques. Un brevet a été déposé et une collaboration est en cours avec l’Afrique du Sud pour le développement d’applications dans le domaine de l’hépatite B.

Enfin, dans le but de visualiser in vivo ses stratégies de ciblage, Daniel Scherman a développé des nanoparticules à luminescence persistante, qui sont intéressantes pour l’imagerie optique des tumeurs et de zones inflammatoires.

Il a participé à la création de jeunes pousses de biotechnologies, Sphergen et Visiorel, et au projet de la création de la jeune pousse Pharmead. Il a également des brevets exploités par des jeunes entreprises de biotechnologie et des sociétés pharmaceutiques : Polyplus (agent chimique de transfection d'ADN), Plasmid Factory (minicercles plasmidiques), Inovio Pharmaceuticals (Electrotransfert d'ADN), en collaboration avec Roche, Mérial (Electrotransfert d'ADN), Sanofi.

Daniel Scherman dirige actuellement l’unité de technologies chimiques et biologiques pour la santé à Paris, qui développe des approches innovantes en biologie et en médecine. Grâce à sa structure pluridisciplinaire, l’unité travaille sur l’ensemble des étapes nécessaire à l’élaboration de nouveaux traitements.

Voir Modifier Créer ici
Facebook Twitter Google+ Linkedin Viadeo Delicious StumbleUpon Evernote Scoop it Netvibes