toggle
ICON
Haut de page
Taille du texte
Ajouter au favoris
Imprimer
Envoyer à un ami
Partager

Daniel Alagille

Médecin pédiatre et hépatologue, 1925-1994

Présentation Biographie Publications et ouvrages

Avec la création du service hospitalier d’hépatologie pédiatrique et de son unité de recherche Inserm en hépatologie à l’hôpital du Kremlin-Bicêtre, Daniel Alagille fera de cet hôpital un des hauts lieux de la recherche, des soins et de l’enseignement sur l’hépatologie infantile. Il va consacrer sa carrière à la recherche sur les maladies du foie de l’enfant et sur les traitements de celles-ci, notamment en matière de transplantation hépatique.


As a mentor, Professor Alagille taught by precept; he did not so much impart facts, skills and technique. One learned by careful attention to the mentor, his thinking, his insights, his kindness, and his commitment to excellence. He influenced careers by infecting trainees et al. with rigor and a passion for “le plus beau métier du monde” (the best trade in the world) and with his love for children.
Extrait de l’hommage de Claude C Roy, MD, Fernando Alvarez, MD, and Richard J Grand, MD. Journal of Pediatric Gastroenterology and Nutrition, Vol. 42, No. 2, February 2006. Lippincott Williams & Wilkins, Philadelphia.


Médecin-chercheur, il couvrait un large spectre de brillantes recherches menées dans son unité Inserm, avec des allers-retours permanents avec les connaissances, les expériences cliniques et les savoirs faire dans son service hospitalier de 35 lits.

Il a laissé son nom au syndrome d’Alagille, une maladie génétique rare (autosomique dominant). Ce syndrome est caractérisé par l'association de cinq critères majeurs : un faciès particulier (front bombé, petit menton pointu, hypertélorisme), un embryotoxon postérieur (anomalie de la cornée), des anomalies vertébrales à type de vertèbres en aile de papillon, une sténose périphérique des branches de l'artère pulmonaire et une cholestase chronique due à une paucité des voies biliaires intra-hépatiques.

En 1986, il lance son programme de transplantation hépatique pédiatrique. Et il crée la Maison des parents”, de manière à maintenir et faciliter le contact étroit avec les familles pendant l’hospitalisation des enfants. Daniel Alagille était, en effet, profondément attaché aux enfants soignés dans son service et convaincu de l’importance de l’environnement affectif pour ses malades. Il créa ainsi à un étage du bâtiment hospitalier un espace de vie consacré au jeu et à l’enseignement.

Un bâtiment porte le nom de Daniel Alagille dans l’hôpital du Kremlin-Bicêtre.

Voir Modifier Créer ici
Facebook Twitter Google+ Linkedin Viadeo Delicious StumbleUpon Evernote Scoop it Netvibes