toggle
ICON
Haut de page
Taille du texte
Ajouter au favoris
Imprimer
Envoyer à un ami
Partager

Claude Sureau

Médecin chercheur en gynéco obstétrique et reproduction, né le 27 septembre 1927

Présentation Biographie Entretiens et documents Publications et ouvrages

Remarquable clinicien/chercheur, Claude Sureau s’est consacré à la physiologie périnatale, avec notamment l’étude de la motricité utérine, de l’activité cardiaque fœtale et de la souffrance fœtale.

Lorsqu’il est nommé à l’internat des hôpitaux de Paris, en 1949, Claude Sureau s’intéresse d’abord à la chirurgie, mais s’oriente rapidement vers la gynécologie-obstétrique. Sa thèse sur l’activité électrique de l’utérus gravide le conduit à observer et à enregistrer, en 1953 et c’est une première, un électrocardiogramme fœtal complet in utero.

De retour d’un séjour de deux années aux Etats-Unis, au milieu des années 1950, il va consacrer la majeure partie de ses activités de recherche et de gynécologue-obstétricien à l’hôpital Saint-Vincent-de-Paul, puis à l’hôpital Baudelocque, à Paris.

Il étudie la physiologie du myomètre et celle du rythme cardiaque fœtal pendant la gestation et la parturition. Il est, pour une large part, à l’origine de la découverte de l’enregistrement de ce rythme connu sous le nom de monitorage fœtal. A la direction de l’unité Inserm de physiologie et de physiopathologie de la reproduction, ses recherches portent sur la structure et l’activité utérines et sur la vitalité fœtale et le développement néonatal.

Pour ce qui concerne la structure et l’activité utérines, l’objectif de Claude Sureau et de ses collaborateurs est la compréhension des mécanismes impliqués dans la croissance utérine, le déclenchement de l’accouchement et le déroulement du travail, et ce selon trois axes : un axe biochimique concernant la description et l’évolution des isoformes des protéines contractiles des myomètres humain et simien dans diverses circonstances physiologiques et pharmacologiques ; un axe morphologique, avec l’étude quantitative des éléments conjonctifs, musculaires, nerveux et vasculaires des diverses parties du myomètre dans différents états physiologiques ; un axe électrophysiologique, avec l’étude de l’activité électrique et mécanique des myomètres dans diverses situations expérimentales et pharmacologiques.

Pour ce qui concerne vitalité fœtale et le développement néonatal, en collaboration avec des services cliniques, il cherche à établir des corrélations entre les situations de risque fœtal prénatal ou périnatal et les signes de souffrance cérébrale chez le nouveau-né. Ces recherches ont permis d’améliorer la conduite des événements obstétricaux.

D’autres recherches d’applications cliniques plus immédiates sont également menées, qui concernent notamment l’hormonologie génitale et la fécondation in vitro, l’immunologie de la reproduction et les problèmes psychologiques impliqués dans les phénomènes de la reproduction.

A partir des années 1990, en tant que membre du Haut conseil de la population et de la famille, puis membre du Comité consultatif national d’éthique en sciences de la vie et de la santé, Claude Sureau se consacre à l’analyse de la responsabilité médicale et surtout aux problèmes éthiques posés par la procréation humaine.

Les travaux de Georges Pontonnier (unité Inserm 168 "Physiologie obstétricale et pharmacologie périnatale"à Toulouse) sur la mesure du débit placentaire et le monitoring de l’accouchement, ceux de Claude Sureau à Paris sur l’électrophysiologie de l’utérus humain gravide et le déclenchement de la parturition chez la femme, les enquêtes d’Emile Papiernik sur les indicateurs de risque de naissance prématurée, ont eu des conséquences considérables, en particulier dans les problèmes majeurs de la prévention de la prématurité et de la surveillance de la souffrance fœtale aiguë pendant la parturition.

Voir Modifier Créer ici
Facebook Twitter Google+ Linkedin Viadeo Delicious StumbleUpon Evernote Scoop it Netvibes