toggle
ICON
Haut de page
Taille du texte
Ajouter au favoris
Imprimer
Envoyer à un ami
Partager

Bernard Halpern

Médecin, allergologue, pharmacologue, immunologiste (1904-1978)

Présentation Biographie Publications et ouvrages

Bernard Halpern est né en 1904 à Tarnos-Ruda, en Ukraine, dans une famille juive de huit enfants. Il apprend, dans sa famille, le polonais, le russe, le yiddish et l’hébreu. Un prêtre de l’église uniate enseigne, en cachette, à cet élève surdoué le latin, l’allemand, le français et les mathématiques. En 1915, il est déporté avec les siens en Sibérie dans un camp de travaux forcés. Libérée par les bolchéviques, la famille Halpern rentre en Ukraine en 1917. En 1920, lors d’un pogrom, leur village est alors dévasté par une bande de cosaques auxquels le jeune Halpern parvient à échapper. Il monte dans un train de prisonniers allemands qui rentrent chez eux et rejoint seul, à 16 ans, la Pologne où il s'installe sans papiers ni argent. Il achève ses études secondaires, vivant de leçons données à ses camarades. Après son baccalauréat, un visa pour la France en poche, il s'installe d'abord à Nancy, en 1925, où il s'inscrit à la faculté de médecine. En 1928, il vient poursuivre ses études à Paris.

Ne pouvant prétendre à une carrière académique au sein de l’université, du fait d’une réglementation qui requiert cinq années de résidence après la naturalisation, il débute sa carrière dans les laboratoires de recherche de la société Rhône-Poulenc comme directeur de recherche en pharmacologie, sous la direction du professeur Marcel Delépine (1937).

En 1940, Bernard Halpern doit quitter Paris et se réfugier en zone sud, où il exerce la médecine générale dans un village de l’Ardèche jusqu’à ce que la législation de Vichy le lui interdise.
En 1942, il trouve à nouveau refuge dans les laboratoires de Rhône-Poulenc nouvellement installés à Lyon, en zone libre. Il démontre l’utilité anti-allergique de l’Antergan®, découverte qui attire l’attention des autorités allemandes, car ces substances permettent également de prolonger la durée de vie des poches de transfusion sanguine. Bernard Halpern parvient cependant à leur échapper en se réfugiant en Suisse avec sa femme et ses enfants.
Maître de recherche au CNRS dans le laboratoire de Pasteur-Vallery-Radot à l'hôpital Broussais à Paris (1945).

Bernard Halpern est décédé à Paris, le 23 septembre 1978.

Instances scientifiques et de gestion de la recherche

Sociétés savantes – Académies

Membre de l’Académie de médecine et de l’Académie des sciences – Institut de France (1964).

Distinction - Prix

Hommages à Bernard Halpern

Voir Modifier Créer ici
Facebook Twitter Google+ Linkedin Viadeo Delicious StumbleUpon Evernote Scoop it Netvibes