toggle
ICON
Haut de page
Taille du texte
Ajouter au favoris
Imprimer
Envoyer à un ami
Partager

André Capron

Médecin immunologiste, parasitologue, né le 30 octobre 1930

Présentation Biographie Entretiens et documents Publications

André Capron est mondialement reconnu comme l'un des fondateurs de l'immunologie parasitaire. Il a entièrement dédié sa carrière scientifique à l'étude de la biologie des parasites et à la mise au point de nouvelles stratégies de prévention des grandes endémies. Parallèlement à ses activités de recherche, il a pris une part active au développement de la recherche dans les pays en développement.

Ses premières contributions à l'immunologie des parasites se traduisent, dès 1962, par la description de la structure antigénique des helminthes, la mise au point de méthodes de diagnostic immunologique des maladies parasitaires (bilharziose, hydatidose, distomatose) et la mise en évidence de parentés antigéniques entre parasite et hôte. Il jette ainsi les bases du concept de “mimétisme moléculaire”, cette capacité qu’ont les parasites, par toute une série de mécanismes, d’absorber en quelque sorte, l’identité de leurs hôtes. André Capron continuera à enrichir ce domaine de recherche durant toute sa carrière. Il est l'auteur de nombreux travaux fondamentaux dans le déchiffrage de ce qu'il a nommé "le langage moléculaire" des parasites.

En 1980, avec l'avènement de la biologie moléculaire, il développe avec ses collaborateurs un ensemble de travaux sur la génétique moléculaire des schistosomes (vers plats), qui conduit, en 1987, à l'identification de plusieurs vaccins potentiels contre les schistosomiases. L'un d'entre eux a fait l'objet de travaux sur l'animal. L'étude de son mécanisme d'action a conduit à de nouvelles stratégies d'immunisation muqueuse à l'aide de vecteurs vivants ou synthétiques. Ce vaccin est le résultat de progrès considérables dans la définition d'un vaccin potentiel contre la bilharziose, seconde endémie parasitaire mondiale après le paludisme. Et le Bilhvax est en phase III d'essais cliniques depuis 2009.

En même temps qu’il menait ses recherches, André Capron s’investira activement dans le développement de la recherche biologique et médicale dans les pays en développement.
Il crée ainsi, avec Pierre Aigrain, la première commission nationale "Santé et développement", puis préside le premier programme européen sciences et techniques en faveur du développement. Il a été président du programme sur la bilharziose de l'OMS et, à l'issue de ce mandat, membre du Scientific Advisory Group of Experts de l'OMS et membre du Scientific and Technical Advisory Committee de l'OMS.

Voir Modifier Créer ici
Facebook Twitter Google+ Linkedin Viadeo Delicious StumbleUpon Evernote Scoop it Netvibes