toggle
ICON
Haut de page
Taille du texte
Ajouter au favoris
Imprimer
Envoyer à un ami
Partager

Alain Fischer

Médecin pédiatre et immunologiste, né le 11 septembre 1949

Présentation Biographie Entretiens et documents Publications et ouvrages

Alain Fischer © Inserm, L. Médard

Alain Fischer

Les travaux d'Alain Fischer ont permis une meilleure compréhension du développement et des fonctions du système immunitaire et la caractérisation des bases moléculaires et de la physiopathologie de plusieurs maladies héréditaires du système immunitaire, ainsi qu’à la mise au point de plusieurs modalités thérapeutiques de ces maladies. Alain Fischer a centré son activité sur l'analyse moléculaire de certains aspects de la différenciation et de la fonction des lymphocytes T et B. Grâce à des modèles pathologiques humains et à des modèles murins, il a participé à l'analyse du rôle des cytokines dans le développement des lymphocytes T et NK.

Avec ses collaborateurs, il met en évidence des anomalies génétiques responsables de défauts, soit de la génération des récepteurs des lymphocytes T et B pour l'antigène, soit des processus de diversification secondaire des immunoglobulines, ces événements ayant en commun des réarrangements somatiques de ces gènes. Il identifie également la protéine Artémis et met en évidence son rôle essentiel dans la voie de réparation par recombinaison non homologue des cassures d'ADN double brin, nécessaire à la génération de la diversité des récepteurs T et B pour l'antigène. Il démontre l’importance et le rôle d’une protéine éditrice d'ARN (ou d'ADN) “AID”.

Le groupe d’Alain Fischer met également en évidence les rôles respectifs de l'apoptose (mort cellulaire) lymphocytaire et de la cytotoxicité dépendante de la perforine dans le contrôle de l'auto-immunité et la terminaison d'une réponse immune T.


L’intégration de la médecine pratique et de la recherche est ce qu’il y a de plus intéressant dans mon travail. L’idée est d’être auprès du malade, d’aller au laboratoire et de revenir au malade pour repartir au labo, etc.
Alain Fischer, lors d’une interview accordée à Inserm actualités, en décembre 2005.


En recherche thérapeutique, Alain Fischer et ses collaborateurs développent des méthodes de prévention du rejet d'allogreffe de moelle osseuse partiellement incompatible pour le système majeur d'histocompatibilité. Ils démontrent que cette allogreffe est un traitement curatif d'un grand nombre de pathologies héréditaires du système immunitaire. Ils démontrent également le rôle de l'axe interleukine 12/interféron dans l'immunité anti-mycobactéries chez l'homme, par la mise en évidence de défauts génétiques de cet axe chez des patients anormalement susceptibles aux infections par les mycobactéries. Ils caractérisent ainsi plusieurs anomalies génétiques du système immunitaire. Grâce à leurs travaux, ils ouvrent également des pistes de thérapie génique dans certaines déficiences immunitaires graves (du développement de lymphocytes T et NK), dont l’efficacité est démontrée in vivo, d’abord chez la souris, puis chez les malades, avec un recul qui dépasse aujourd’hui dix ans.

 

Cérémonie de remise des prix Inserm le 2 décembre 2008 au Collège de France à Paris, avec Valérie Pécresse, ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche

Cérémonie de remise des prix Inserm le 2 décembre 2008 au Collège de France à Paris, avec Valérie Pécresse, ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche

Voir Modifier Créer ici
Facebook Twitter Google+ Linkedin Viadeo Delicious StumbleUpon Evernote Scoop it Netvibes