toggle
ICON
Haut de page
Taille du texte
Ajouter au favoris
Imprimer
Envoyer à un ami
Partager

Institut Paoli-Calmette

Marseille

En 1923, l'école de médecine est dotée d'un institut pour l'étude du cancer, situé dans le pavillon d'anatomie du Pharo. Deux ans plus tard, un arrêté du ministère de l'Hygiène crée le Centre de lutte contre le cancer de Marseille, qui exerce son activité sur deux sites : l'Hôtel-Dieu pour les traitements par application de radium, et l'hôpital de la Conception pour la radiothérapie.

En 1927, le centre s'installe dans l'enceinte de l'hôpital Sainte-Marguerite. Il comporte alors 37 lits et des locaux médico-techniques. Reconnu d'utilité publique en 1947, dans le cadre de l'organisation nationale des centres de lutte contre le cancer, il rejoint un an plus tard le bâtiment principal de l'hôpital Sainte-Marguerite et dispose de 140 lits.

Jean-Baptiste Paoli (1899-1973), nommé directeur du centre anti­cancéreux en 1952, développe une action remarquable dans la lutte contre le cancer, en créant des consultations avancées de dépis­tage en Corse et dans tout l'ar­rière-pays provençal. Il militera activement pour la construction d'un nou­veau centre anti-cancéreux.

En 1956, la construction du centre sur un terrain voisin de l'hôpital Sainte-Marguerite est décidée.

En 1969, celui-ci s'installe dans le bâtiment qu'il occupe actuellement, avec 318 lits et un plateau technique. En 1974, il prend officiellement le nom d'Institut Paoli-Calmettes, en hommage à Jean-Baptiste Paoli, décédé en 1973.

Aujourd’hui, l’Institut Paoli-Calmettes est un centre de lutte contre le cancer intégré au cancéropole de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur, chargé d’une quadruple mission :

Structure hospitalo-universitaire, l’Institut Paoli-Calmettes est adossé à la faculté de médecine et y accueille plusieurs unités de recherche.

Il est notamment l’une des composantes de l’Institut de cancérologie et d’immunologie de Marseille, créé en 1996.

C’est au début des années 1970 que la première unité de recherche Inserm est créée sur le site.

Quelques contributions de l’Inserm à la recherche sur le site de l'hôpital

Cancérologie et immunité

Henri Bonneau crée et dirige l’unité de recherche Inserm 119 “Carcinogenèse par le virus polyome et étude des tumeurs mélaniques” de 1972 à 1974. Il étudie ce virus polyome, du groupe des papovavirus responsables de développement de tumeurs, et les cancers cutanés. En 1975, Georges Meyer lui succède à la tête de l’unité devenue “Recherche en cancérologie expérimentale”. Il étudie les gènes viraux impliqués dans la cancérisation, avec le rôle particulier joué par le virus polyome sur les lymphocytes T, catégorie de globules blancs qui jouent un rôle important dans les défenses immunitaires de l’organisme.

Claude Mawas, après avoir quitté Paris, suit François Kourisky, fondateur avec Michel Fougereau du Centre d’immunologie de Marseille Luminy (CIML), dont il sera le directeur adjoint de 1981 à 1983. En 1986, il succède à Georges Meyer, à la direction de l’unité Inserm 119 devenue unité de recherche en cancérologie et thérapeutique expérimentales et qui emménage à l’Institut Paoli-Calmette à sa création en 1976. Avec l’introduction de la technique des hybridomes, Claude Mawas étudie les anticorps monoclonaux dirigés contre la membrane de lymphocytes T.

Françoise Birg, biologiste et cancérologue, assure la direction de l’unité de recherche en cancérologie de 2004 à 2008, puis du Centre de recherche en cancérologie. Ses travaux portent sur la leucémie aiguë promyélocytaire et la leucémie myéloïde chronique, puis sur les lymphomes (cancers du système lymphatique), en vue d’obtenir de nouveaux marqueurs diagnostiques et pronostiques.

Economie de la santé - cancer et sida

Jean-Paul Moatti, économiste de la santé, dirige de 1994 à 1997 l’unité de recherche Inserm 379 “Epidémiologie et sciences sociales appliquées à l'innovation médicale”. Il travaille notamment sur l'évaluation économique des stratégies médicales innovantes en cancérologie et dans le domaine du sida, ainsi que sur l'analyse micro-économique des comportements à risque pour la santé et la prévention. Depuis 2008, il dirige l’unité mixte de recherche Inserm 912/IRD/université de la Méditerranée/ORS PACA “Sciences économiques et sociales, systèmes de santé, société”.

Voir Modifier Créer ici
Linkedin Viadeo Delicious Twitter Facebook