toggle
ICON
Haut de page
Taille du texte
Ajouter au favoris
Imprimer
Envoyer à un ami
Partager

Hôpital Henri-Mondor

Créteil

Le projet d’édification d’un centre hospitalier universitaire (CHU) à Créteil remonte à 1962. Le CHU a ainsi été construit sur des terrains appartenant à un autre hôpital de l’Assistance publique – Hôpitaux de Paris (AP-HP), l’Hôtel Dieu de Paris, et les travaux s’achèveront en 1969. Pour mémoire, L’AP-HP y possède des terrains provenant de dons faits au XVème siècle à l'Hôtel-Dieu de Paris. L’hôpital s'étend sur 12 hectares, ce qui en fait l’un des plus grands conçus dans la périphérie de la capitale. Il répondra ainsi aux besoins de la population de la banlieue parisienne, alors en forte augmentation.

Un an avant son ouverture, le nouvel établissement reçoit le nom d’Henri-Mondor, en hommage au chirurgien et homme de lettres décédé en 1962. Preuve de son éclectisme, Henri Mondor a été membre de quatre académies, fait unique dans l’histoire de l’Institut de France : l’Académie de chirurgie (1926), l’Académie nationale de médecine (1945), l’Académie française (1946) et enfin, l’Académie des sciences (1961). Parmi ses ouvrages scientifiques, le plus célèbre reste "Diagnostics urgents de l’abdomen" publié en 1930, traduit dans plusieurs langues et constamment réédité jusqu’en 1979.

Côté architecture, le bâtiment s’inscrit dans la lignée des "hôpitaux blocs", initiée au cours de la première moitié du XXème siècle. Cette architecture a été confortée par la réforme hospitalo-universitaire Debré de 1958, qui fait de l'hôpital un lieu unique de soins, de recherche et d'enseignement, imposant ainsi une image de la médecine triomphante. Conçu initialement pour accueillir 1 350 lits, l’établissement n’en dispose aujourd’hui que de 950. La conception de cet établissement répond à des critères de fonctionnalité, en regroupant sur 19 niveaux, les services, les plateaux techniques, les laboratoires et la logistique.

L’hôpital est aujourd’hui un site de soins, d’enseignement et de recherche, abritant notamment des laboratoires de l’Inserm, du CNRS et hospitalo-universitaires. Plus de 4 000 personnes y travaillent au sein des neuf pôles hospitaliers.

Aujourd’hui, l'Institut Mondor de recherche biomédicale (IMRB), création conjointe de l'Inserm et de l'université Paris Est - Créteil Val-de-Marne sur le site de l’hôpital, regroupe 15 laboratoires mixtes de ces deux institutions au sein de deux pôles de recherche.

Contributions de l’Inserm à la recherche sur le site

Athérosclérose - Métabolisme des lipoprotéines

Jean-Louis Beaumont dirige l’unité Inserm 32 sur l’athérosclérose de 1961 à 1984. Ses recherches tant cliniques que biochimiques et expérimentales ont pour objectif de préciser les facteurs nutritionnels, métaboliques et immunologiques des dyslipidémies, des thromboses et de l’athérosclérose.

Bernard Jacotot lui succède à la direction de l’unité 32, dont l’intitulé devient “Dyslipidémies et athérosclérose”, de 1985 à 1993, poursuivant les recherches de son prédécesseur. Il étudiera, plus particulièrement, le rôle des lipides alimentaires sur le métabolisme des acides gras et sur celui des lipoprotéines, sur les mécanismes et la pharmacologie des hyperlipidémies et des hypolipidémies familiales.

Philippe Laudat crée, en 1962, un groupe de recherche INH/Association Claude-Bernard sur le métabolisme lipidique, future unité Inserm 35, dont il sera le directeur jusqu’en 1976. Ses travaux de recherche ont concerné le rôle des hormones sur le métabolisme des lipides et notamment sur le tissu adipeux. Les plus importants auront trait à la maladie de Refsum, dont les signes cliniques sont une diminution du tonus musculaire, accompagnée d'un retard de croissance, d'une augmentation de volume du foie et, quelquefois, d'une jaunisse. En 1975, il est nommé directeur scientifique auprès de Constant Burg, puis directeur général de l’Inserm de 1979 à 1982.

Marie-Hélène Laudat lui succède en 1977 à la direction de l’unité et ce jusqu’en 1982. Ses recherches ont été menées sur développement cellulaire et interactions humorale et hormonale et sur structure des composantes protéiques et glycoprotéiques des lipoprotéines de basse densité.

Anémies - Maladies du sang – Thérapie génique

En 1969, Bernard Dreyfus crée et dirige l’unité de recherche Inserm 91 sur les anémies et Jean Rosa lui succède de 1980 à 1993, l’unité devenant “Génétique moléculaire et hématologie”. Les recherches ont porté sur la pathologie moléculaire de l'hémoglobine et sur les facteurs anti-hémophiliques. Les résultats ont été marquants, notamment dans le champ de la drépanocytose, maladie qui se caractérise par une forme anormale des globules rouges, due à une anomalie de l’hémoglobine.

Paul-Henri Roméo succède à Jean Rosa à la direction de l’unité 91 de 1994 à 1997, puis dirige l’unité 474 "Hématopoïèse moléculaire" de 1998 à 2001 sur le site du CEA de Fontenay-aux-Roses. Il dirige ensuite de 2009 à 2016 l’unité 967 "Stabilité génétique, cellules souches et radiations" sur le même site. Les travaux du laboratoire portent sur la réparation et la transcription dans les cellules souches, les cellules souches neurales et les radiations, la régulation des cellules souches hématopoïétiques humaines et le développement leucémique.

Recherches en hépatologie et endocrinologie

Pierre Berthelot, clinicien-chercheur chef du service d’hépatologie, a été directeur de l’unité de recherche Inserm 99 “Pharmacologie et physiopathologie hépatiques” de 1972 à 1979. Il a consacré toute sa carrière scientifique à l’étude du foie et de ses pathologies, notamment les hépatites virales. Il étudie les relations entre l'alcool et les virus des hépatites B et D et élargit ensuite ces recherches au virus de l'hépatite C et aux hépatites chroniques virales dans diverses populations d'individus immunodéprimés.

Jacques Hanoune succède à Pierre Berthelot de 1980 à 2003 à la direction de l’unité, dont l’intitulé devient “Régulation des gènes et signalisation cellulaire” en 2002. Il s’est d’abord consacré à l’étude du mécanisme d’action des hormones, avant de s’intéresser surtout aux multiples formes moléculaires de l’adénylyl cyclase. Cette enzyme est responsable de la synthèse de l’adénosine monophosphate, AM cyclique, formée lorsque la cellule a besoin d’énergie.

Georges Guellaen est le successeur de Jacques Hanoune. Il a dirigé successivement l’unité 581 "Remodelage tissulaire et fibrose" de 2003 à 2008, l’unité 841 "Recherche biomédicale" de 2007 à 2008, puis 955 "Génétique moléculaire et développement biomédical" de 2009 à 2014. Les travaux de l’unité ont porté sur la fibrose hépatique, la néphrose lipoïdique et la régénération tissulaire. L’objectif était d’identifier des marqueurs de cette affection et d’en assurer une meilleure prise en charge avec la recherche de molécules susceptibles de ralentir ou de renverser ce processus.

Jorge Boczkowski lui a succédé en  2016 à la direction de l’Institut Mondor de recherche biomédicale (IMRB) unité Inserm 955 Inserm/université Paris Est Créteil. Les recherches sont structurées en trois axes : Virus, immunité, cancer ; Neurosciences et psychiatrie ; Physiopathologie des maladies cardiovasculaires et respiratoires, développement et sénescence.

Jacques Nunez  a dirigé l’unité 282 “Hormones et différenciation cellulaire” de 1985 à 1997. Les travaux du laboratoire ont porté sur la différenciation et le vieillissement du neurone (différenciation astrocytaire, gliose, vieillissement et maladies neurodégénératives) ; les recherches ont également concerné  l’étude des récepteurs du Tumor Necrosis Factor et des récepteurs purinergiques.

Cardiopathies, néphropathies et affections pulmonaires

Gilbert Lagrue crée et dirige l’unité 139 “Néphropathies expérimentales et humaines” en 1971. Ses recherches portent le rôle du complément dans les mécanismes de défense immunitaire et sur l’immunopathologie rénale. Il étudie également les facteurs de risque vasculaire (tabagisme, sédentarité).

Jean Bignon succède à Gilbert Lagrue, l’intitulé de l’unité devenant “Bio-pathologies et toxicologies pulmonaire et rénale”, unité qu’il dirige de 1985 à 1997. Ses travaux avaient pour objectifs l'étude et la compréhension des relations entre les pathologies pulmonaires et rénales et les facteurs environnementaux. Ont été tout particulièrement étudiés les mécanismes immunologiques et de cancérogenèse liés à ces agressions extérieures.

Daniel Laurent de 1974 à 1984, puis Philippe Brun de 1985 à 1990, seront directeurs de l’unité de recherche Inserm 138 “Physiologie et techniques d’investigations cardiovasculaire et respiratoire”. Leurs travaux portent sur : énergétique myocardique (bilan thermique, rendement mécanique, délivrance d’oxygène, imagerie tissulaire en spectroscopie laser) ; dynamique cardiaque et fonction valvulaire ; performance et contractilité ventriculaire.

Guy Atlan  a dirigé l’unité 296 de physiologie respiratoire de 1986 à 1998. Les travaux de l’unité ont concernés : les modèles de connaissances pour l’assistance et l’exploration clinique du système respiratoire (réanimation et exploration fonctionnelle) ; l’étude de l’exercice et de la physiologie des muscles ventilatoires et celle de l’inflammation  des voies aériennes ; la physiologie de la circulation pulmonaire et la physiopathologie de l’hypertension artérielle pulmonaire ; l’étude du cycle veille/sommeil et de la ventilation assistée.

Bertrand Crozatier a dirigé l’unité 400  “Physiopathologie cellulaire et fonctionnelle du cœur et des vaisseaux” de 1994 à 2004. Les travaux de l’unité ont porté sur : transport ionique membranaire en pathologie cardiovasculaire ; récepteurs membranaires et transduction du signal en pathologie cardiaque ; fonction ventriculaire et circulation coronaire en physiopathologie expérimentale ; fonction ventriculaire et circulation coronaire dans l’insuffisance cardiaque (diagnostic et thérapeutique)

Génétique - Maladies héréditaires

Goossens Michel est directeur de l’unité de recherche Inserm 468 “Génétique moléculaire et physiopathologie” de 1997 à 2004. Il se consacre à l’étude des maladies héréditaires et joue un rôle pionnier, en appliquant à la génétique des hémoglobinopathies, les nouveaux outils de biologie moléculaire. Il a occupé une place très importante dans le développement de méthodes de diagnostic et de dépistage des maladies génétiques.

Serge Amselem a dirigé  l’unité 654 “Bases moléculaires et cellulaires des maladies génétiques” de 2005 à 2008 sur le site, puis l’unité 933 “Physiopathologie des maladies génétiques d'expression pédiatrique” de 2009 à 2016 à l’hôpital Trousseau. Pour chaque maladie génétique étudiée,  a été développé, outre le volet génétique (identification de nouveaux gènes), un volet fonctionnel visant à caractériser les propriétés physiologiques des protéines nouvellement identifiées, et  à évaluer les conséquences des anomalies moléculaires détectées chez les patients, tant à l’échelon cellulaire qu’à celui d’un organisme entier.

Immunologie et onco-dermatologie

Armand Bensussan a été directeur des unités Inserm 448 “Différentiation, interactions, activation et migration des sous-populations lymphocytaires humaines” de 1996 à 1998, puis 659 “Différentiation, interactions, activation et migration des sous-populations lymphocytaires humaines” sur le site de l’hôpital Henri-Mondor en 2005 et 2006. Et de 2009 à 2016, il a dirigé l’unité 976 “Immunologie, dermatologie, oncologie” implantée  sur le site de l’hôpital Saint-Louis. Ses travaux majeurs portent sur l’ensemble des champs de recherche relevant de l'immuno-dermato-oncologie, l’inflammation chronique cutanée et la régénération tissulaire. Avec ses collaborateurs, il a, par exemple, mis en évidence l’expression atypique du récepteur KIR3DL2 à la surface des lymphomes T cutanés primitifs, notamment, le syndrome de Sézary, une érythrodermie, éruption cutanée, de mauvais pronostic.

Voir Modifier Créer ici
Facebook Twitter Google+ Linkedin Viadeo Delicious StumbleUpon Evernote Scoop it Netvibes