toggle
ICON
Haut de page
Taille du texte
Ajouter au favoris
Imprimer
Envoyer à un ami
Partager

Jean-Michel Scherrmann

Pharmacien chercheur neuropsychopharmacologiste, né le 1er juin 1948

Présentation Biographie Entretiens et documents Publications et ouvrages

Jean-Michel Schermann est un spécialiste des mécanismes de transport des drogues à travers la barrière hémato-encéphalique.

Le début de la carrière scientifique de Jean-Michel Scherrmann dans les années 1970 est contemporain de l’essor de la radio-immunologie, qu'il a appliqué aux médicaments et aux toxiques, en développant des anticorps polyclonaux puis monoclonaux. Cette méthode d’analyse ouvrira de multiples applications en pharmacologie et toxicologie cliniques, dont les plus significatives furent la pharmacocinétique des digitaliques chez le sujet âgé, de la morphine après administrations intrathécales ou péridurales et de la colchicine dans ses diverses indications thérapeutiques et lors des intoxications aiguës. Ces mêmes anticorps seront par la suite utilisés comme antidote des intoxications aiguës.

Sa principale contribution fut de réussir la première application de fragments Fab d'anticorps anti-colchicine chez l’homme, pour traiter l’intoxication par la colchicine. Ce succès clinique exprimait un nouveau message scientifique sur la capacité d’un anticorps à induire à distance le déplacement d’un toxique à distribution intracellulaire quasi-irréversible. Ce succès clinique a ouvert la voie à l'immuno-toxicothérapie, qui tire parti de la capacité d’un anticorps à séquestrer, puis à éliminer un toxique. Ce concept d’immuno-toxicothérapie, fut élargi aux traitements antivenimeux, puis à la détoxication cérébrale par des anticorps antidépresseurs tricycliques et des drogues d’abus comme la cocaïne. Ce dernier domaine a ouvert à Jean-Michel Scherrmann la voie d’une recherche approfondie sur les mécanismes protecteurs et de passage dans la barrière hémato-encéphalique.

Avec ses collaborateurs, il établit la première analyse protéomique quantitative des principaux enzymes du métabolisme et des transporteurs membranaires (notamment les protéines ABC) au niveau de la barrière hémato-encéphalique humaine. Le rôle fonctionnel des protéines ABC dans les mécanismes de défense du cerveau a été largement illustré par son équipe, comme source de vulnérabilité et variabilité de réponses aux composés psychoactifs. Dans le domaine des échanges au niveau de l’interface sang-cerveau, son équipe recherche de nouvelles stratégies d’adressage cérébral de médicaments, par couplage à des peptides vecteurs reconnaissants des cibles moléculaires de la barrière hémato-encéphalique.

Jean-Michel Scherrmann est actuellement doyen de la faculté de pharmacie à l'université Paris-Descartes et directeur de l'unité mixte de recherche (Inserm 705/ CNRS 8206) "Neuropsychopharmacologie des addictions". Le projet scientifique du laboratoire concerne l'identification des facteurs de vulnérabilité et de variabilité d'ordre neurobiologique, pharmacocinétique et pharmacogénétique touchant les conduites addictives, tant au niveau de l'exposition aux drogues naturelles et de synthèse, qu'aux traitements associés incluant les traitements par des substances psychoactives et les produits de substitution comme la méthadone et la buprénorphine.

Voir Modifier Créer ici
Facebook Twitter Google+ Linkedin Viadeo Delicious StumbleUpon Evernote Scoop it Netvibes