toggle
ICON
Haut de page
Taille du texte
Ajouter au favoris
Imprimer
Envoyer à un ami
Partager

Claude Amiel

Médecin, néphrologue (1930-1996)

Présentation Biographie Entretiens et Documents Publications et ouvrages

Mme Simone VEIL, Ministre d'Etat, Ministre des Affaires sociales, de la Santé et de la Ville en compagnie de M. le professeur Claude AMIEL, unité 426 "transports épithéliaux : bases structurales, modulations modèles pathologiques" et membre du CODIS". Copyright Inserm, M. Depardieu

Mme Simone VEIL, Ministre d'Etat, Ministre des Affaires sociales, de la Santé et de la Ville en compagnie de M. le professeur Claude AMIEL, unité 426 "transports épithéliaux : bases structurales, modulations modèles pathologiques" et membre du CODIS".

Dans ses activités de recherche, Claude Amiel s’est d’abord formé dans les années 1960 à la physiologie qu’il va acquérir, pour l’essentiel, dans le laboratoire de François Morel. Ce séjour a marqué profondément son parcours et a été à l’origine d’une collaboration qui s’est longtemps poursuivie.

Il a ensuite mené des recherches en physiopathologie rénale, en collaboration avec Gabriel Richet et Raymond Ardaillou.

C’est ensuite à l’étude du transport du phosphate dans le rein qu’il va se consacrer. Au milieu des années 1965, il apparaît que la physiologie rénale nécessite une approche plus localisée que l’étude de l’organe entier. Avec l’aide de François Morel et de son équipe, Claude Amiel crée, dans l’unité Inserm 64 de néphrologie, dirigée par Gabriel Richet, un laboratoire d’investigation physiologique, avec la collaboration d’Henri Kuntziger. Les principales contributions de cette équipe vont concerner l’identification des mouvements de phosphate dans les différents segments du néphron de rat.

En 1979, Claude Amiel s’engage dans la création et le développement d’une unité de recherche Inserm consacrée aux transports épithéliaux dans les tissus. Il s’installe dans les locaux de l’hôpital Bichat - Claude-Bernard, en situation d’antenne de l’unité Inserm 64 de l’hôpital Tenon. Avec ses collaborateurs, il couvre deux domaines de recherche : les transports tubulaires rénaux et la production des liquides de l’oreille interne. En effet, il était apparu que l’application aux épithéliums de l’oreille interne des concepts et des techniques utilisées pour les épithéliums tubulaires rénaux pouvait être fructueuse. Les développements ultérieurs ont largement confirmé la validité de cette orientation. En 1982, il crée l’unité Inserm 251 "Physiologie du tube rénal" dont la direction lui est confiée, mandat renouvelé en 1987. Jusqu’en 1994, cette unité développe un abord plus global des transports épithéliaux et inclue dans sa démarche les outils de biologie cellulaire et de biologie moléculaire devenus indispensables à la recherche physiologique. L’activité personnelle de Claude Amiel au sein de l’unité s’est concentrée sur deux thèmes : la régulation des liquides de l’oreille interne, le traitement des surdités de la maladie de Ménière, et la modulation des transports tubulaires rénaux par les hormones et les médiateurs cellulaires qu’elles impliquent.

Voir Modifier Créer ici
Facebook Twitter Google+ Linkedin Viadeo Delicious StumbleUpon Evernote Scoop it Netvibes